aliener

Prononciation : a-li-é-né. La syllabe én prend l'accent grave quand la syllabe qui suit est muette, il aliène, excep
Nature : v. a.

1Transférer à un autre une propriété. Aliéner son bien, son revenu.
Dieu, quoiqu'il vous en ait laissé l'usage [des biens ecclésiastiques], n'en a aliéné ni le fonds, ni la propriété, puisqu'il peut vous les ôter par la mort, par l'injustice des hommes.... , MASS. , Usage des biens ecclés. Fig.
Il ne vous est pas permis d'aliéner un pareil soin , J. J. ROUSS. , I, 17
2Fig. Rendre hostile.
Par là il aliéna les esprits des peuples , BOSSUET , Hist. I, 11
Je choquerai le maître qui m'emploie ; j'aliénerai de moi le protecteur qui m'a placé , BOURD. , Pensées, t. I, p. 18
Par ses fureurs déplacées, elle aliène l'esprit de son fils.... , DIDER. , Ess. sur. Claude. S'ALIÉNER, v. réfl.
3Être aliéné, vendu. Cette terre ne peut s'aliéner.
Si un homme peut légitimement s'aliéner à un autre , J. J. ROUSS. , Ém. v.
Il n'est pas permis de s'aliéner à des princes auxquels on ne doit rien , J. J. ROUSS. , Hél. I, 34
4S'aliéner, se séparer.
Toute société partielle s'aliène de la grande , J. J. ROUSS. , Ém. I
5S'abstraire.
Je sais aussi m'aliéner, talent sans lequel on ne fait rien qui vaille , DIDER. , Lettr. à Mme Riccoboni
6Tourner à la folie. Son esprit s'aliène. Cet homme s'est aliéné tout à coup. XIIIe s.
Bourgois ne puet pas aliener la chose de la commune sanz le commandement le roi , Liv. de just. 47
Et se le clamant dit que.... fié ne se peut vendre ne aliener, que par l'assise des ventes ou par partie de servise.... , Ass. de J. 63
Chascun peut le sien doner et aliener par sa volenté , ib. I, 183
XIVe s.
Et se leur tristece est alegée ou alienée pour l'une cause ou pour l'autre, nous n'en diron plus à present , ORESME , Eth. 289
Laquelle chose eust le pueple aliené en celui temps très perilleux , BERCHEURE , f. 38, recto.
XVe s.
Le chevalier s'excusa et dit que l'heritage du roi d'Angleterre, il ne pouvoit vendre, donner ni aliener que il ne fust trahistre , FROISS. , II, III, 10
XVIe s.
Ils vous diront que vostre doux langage Les coeurs humains aliene et engage , ST-GEL. , 32
... Et si du tout alienés vous n'estes Par nos deffauts de nous et nos requestes... , ID. , 217
Il approuva seulement les donations qui ne seroient point procedées de sens aliené par quelque griefve maladie , AMYOT , Solon, 40
Ilz se partirent l'un d'avec l'autre, encore plus alienez qu'ilz n'estoient auparavant , AMYOT , Lucul. 72
Avec puissance de vendre et aliener ce qui appartenoit à la chose publique , AMYOT , Cicéron, 14
Caesar, qui plus est, aliena fort Pompeius de luy [Cicéron] , AMYOT , ib. 39
Et ne faut point s'estonner si ce malheureux print plaisir à souiller cette chair alienée [privée] de sentiments , YVER , p. 561
Ce qui lors fut jugé aliené [bien éloigné] des protestations qu'ils avoient faites, de ne prendre autre chose que la manutention de ladite religion , D'AUB. , Hist. III, 331
Les susdits humeurs se convertissent en diverses et alienées substances, qui ne ressemblent en rien aux humeurs, mais à plusieurs choses estranges , PARÉ , V, 4
Vous ne lui deveriez pas aliener ses biens , PALSGR. , p. 420
Vous avés aliené ce jeune homme de vous à tort et sans cause , PALSGR. , ib.
Alienare, de alienus, de alius, autre ; provenç. alienar. ALIÉNER. - REM. J. J. Rousseau a dit : Aliéner la tête, pour rendre fou. Je ne suis ni jour ni nuit un seul instant sans souffrir, ce qui m'aliène tout à fait la tête.... Lettre à Moultou, 18 janv. 1761.