ALCHIMIE

Prononciation : al-chi-mie. Le dictionnaire grammatical de 1784 dit qu'on prononce alkimie ; aujourd'hui on prononce
Nature : s. f.

Chimie du moyen âge, qui, au lieu d'avoir pour but l'étude de la composition des corps, cherchait la panacée universelle et la transmutation des métaux. L'alchimie a été la préparation de la vraie chimie.
Mazarin se faisait un mérite de ce qu'il avait fait évanouir avec un peu de poudre d'alchimie cette nuée de prétentions , RETZ , II, 375
XIIIe s.
Ou d'alquemie tant aprengne Que tous metaus en color taingne, Qu'el [l'art] se porroit ainçois tuer, Que les especes remuer, Se tant ne fait qu'el les ramaine à lor nature premeraine , la Rose, 16267
XIVe s.
Le penser est erreur infaicte Contre le noble art d'alchymie Et profonde philosophie , L'alch. à nat. 728
XVe s.
Il fauldroit faire l'arquemie, Qui vouldroit forgier faulceté, Tant qu'elle devint loyaulté, Quant en malice est endurcie , CH. D'ORL. , Rondel.
Il avoit acointance à ung des habiles hommes du monde qui estoit le meilleur arquemiex que on peust trouver, et avecques faisoit escuz d'arquemie les plus beaulx que on pourroit dire , DU CANGE , arquemia.
Y dussai-je employer mon bien, Je ne vueil point d'autre alchymie ; Encore n'y perdrai-je rien ; Car boire contente ma vie , BASSELIN , XI
XVIe s.
À la fin tout leur cas s'en va en fumée, tellement que leur arquemie se pourroit plus proprement dire art qui mine, ou art qui n'est mie , DESPER. , Contes, XI
Provenç. alkimia ; espagn. alquimia ; ital. alchimia ; de l'article arabe, al, et chimie.