ALBERGE

Prononciation : al-ber-j'
Nature : s. f.

Sorte de pêche dont la chair est si adhérente au noyau qu'on ne peut la partager. On disait aussi auberge. XVIe s.
Les noiaux des menus abricots, des auberges et des peches , O. DE SERRES , 634
Il y a diverses qualités d'auberges toutes symbolisans avec les abricots. Les auberges incarnates d'un costé, jaunes de l'autre, colorées de rouge brun en la chair attachée au noiau, sont fort prisées ; celles aussi de jaune doré, duracines, ayans la chair ferme , O. DE SERRES , 678
Espagn. alberchigo et alberchiga. Mot douteux ; Ménage le tire de albus, blanc (voy. ALBUM), à cause de la blancheur du fruit. ALBERGE. Ajoutez : - REM. Dans le Midi, on nomme alberge la pêche dont la pulpe est attachée au noyau, tandis que les fruits dont la chair se détache du noyau sont nommés pêches. Ajoutez : M. Devic, Dict. étym., voit dans l'esp. albérchigo une altération de l'arabe albirqouq ( avec un u long), abricot (voy. ce mot) ; ce qui paraît bien préférable à albus de Ménage.