AISSELLE

Prononciation : è-sè-l'
Nature : s. f.

1Cavité qui se trouve au-dessous de la jonction du bras avec l'épaule.
Au printemps, on les [les vers à soie] arrose de vin et d'eau tiède : ils sont couvés sous les aisselles des femmes , FÉN. , XIX, 470
2Terme de jardinage. Intérieur de l'angle formé par une feuille avec un rameau, par un rameau avec une branche, par une branche avec une tige. 3Terme de marine. Aisselles d'une ancre, angles formés par la verge et les bras de l'ancre. 4En architecture, partie de la voûte d'un four, depuis la naissance de cette voûte jusqu'à la moitié de sa hauteur. XIIIe s.
Le roy sailli en la mer, dont il fu en yaue jusques aus esseles , JOINV. , 215
Et il mist le glaive dessous s'essele et l'escu devant li, et eust couru sus aus Sarrazins, se ses preudeshomes li eussent souffert , JOINV. , ib.
XVe s.
Messire Tresilien fut delivré au bourrel.... et puis pendu au gibet du roi par les aisselles. Ainsi fina messire Robert Tresilien , FROISS. , II, III, 76
Boutant son sac soubz son esselle, Il vint racompter la nouvelle à ses compaignons, et comment Il falloit faire sagement , VILLON , 2e Repue fr.
XVIe s.
Avoir l'eseille surette et les pieds fumants , D'AUB. , Faen. IV, 7
La puanteur des aiscelles vient.... , PARÉ , XVI, 39
Provenç. aissela ; catal. axella ; ital. ascela ; du latin axilla. Allem. Achsel ; suéd. axel ; anc. haut all. ahsala ; gaël. achlais, asgall, aslaich, bras, aisselle, sein. AISSELLE. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
... entre le keuste [coude] et l'esiele , Perceval le Gallois, V. 5689