AISEMENT

Prononciation : ê-ze-man
Nature : s. m.

Commodité. À son point et aisement, à ses bons points et aisements, à son aise, à son loisir. Vieux. XIIIe s.
Si ferai je certainement, Se j'en puis avoir l'aisement , la Rose, 21638
Je ne dis pas qu'en doigne [donne] quan qu'en a requesté, Mais selon l'aisement que Diex t'ara presté , J. DE MEUNG , Test. 370
Aisemens d'hostel, c'est assavoir vaissel où on met vin et tout aisement d'or et d'argent , DU CANGE , aisamenta.
Une place où ils pourront edifier à lor aisement une mareschaussée , DU CANGE , ib.
Entre les autres cozes que noz avons dites des aisements communs que cascuns doit avoir es quemins por aler et por venir pesivlement , BEAUMANOIR , XXV, 25
XIVe s.
Le prisonnier demanda pour Dieu au dit sergent qu'il le defferrast, pour aller faire son aisement [ses besoins] , DU CANGE , ib.
Louis fit fuir le dit sergent tout au hors de son lit, le poursuivit jusques à uns aisemens où il s'estoit retrait , DU CANGE , ib.
XVe s.
Vous veez tous les aisements de ceans ; veez là mon lit, et là sus gissent mes enfans , FROISS. , II, II, 157
La tierce bataille eut le roi pour son corps, et grand foison, selon l'aisement où il estoit, de bons chevaliers et escuiers , FROISS. , I, I, 284
Le deable, qui onques ne dort, resveilla ceux de Bruges à faire fossés pour avoir l'aisement de la riviere du Lis , FROISS. , II, II, 52
XVIe s.
Heureuse fut d'honneur et d'aisement La chere espouse à un roy tant heureux , J. MAR. , V, 88
Anc. franç. aisier, rendre facile (voy. AISÉ). 1Sans peine. Celui qui a l'habitude de mentir se parjure aisément.
On n'aime point à passer pour une personne que l'on puisse aisément attaquer et qui ne sache pas se défendre , BOURD. , Exhort. t. I, p. 499
Ne me demandez pas d'où vient qu'ils résistent si rarement à la tentation, qu'ils y succombent si aisément, qu'ils se relèvent si difficilement , BOURD. , Carême, t. I, p. 232
Obsédées de tant d'adorateurs qui les flattent.... et qui leur tendent des piéges à quoi elles ne se laissent prendre que trop aisément , BOURD. , ib. p. 239
Mais qu'aisément l'amour croit tout ce qu'il souhaite ! , RAC. , Baj. I, 4
Votre coeur aisément se montre magnanime , RAC. , Iphig. I, 3
S'il est prêt à partir, il peut en ce moment Enlever avec lui son otage aisément , CORN. , Nicom. V, 5
Je doute que le flot des vulgaires humains à ce discours pourtant donne aisément les mains , BOILEAU , Sat. II
Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément , BOILEAU , A. P. I
Si nous ne savions qu'il est le fils d'un mortel, on le prendrait aisément pour Bacchus, pour Mercure, ou même pour le grand Apollon , FÉN. , Tél. VII
2Commodément. Ce cheval va, galope aisément. Le discours marche plus aisément. AISÉMENT, à L'AISE. L'emploi en est bien distinct. Aisément répond à facilement, et à l'aise à commodément. Où l'on marche aisément, on marche sans difficulté ; où l'on marche à l'aise, on marche sans embarras ni gêne. XIVe s.
Plus aisiéement , Ménagier, II, 5
XVe s.
Entrementes fut le pont refait, bon et fort pour passer son ost aisement et sans peril , FROISS. , I, I, 273
XVIe s.
Aiséement , AMYOT , Philop. 11
Aisée et ment. L'adverbe régulier est, comme dans Amyot, aiséement, d'où par contraction aisément. Aisement de Froissard est l'adverbe de aise.