AIGUILLONNER

Prononciation : è-güi-llo-né, ll mouillées, et non pas è-güi-yo-né
Nature : v. a.

1Piquer avec l'aiguillon. Aiguillonner les boeufs. 2Fig.
Une ardente faim l'aiguillonne , A. CHÉN. , Le Mendiant, 47
3Inciter, animer. Aiguillonner le courage. Le besoin aiguillonnera la paresse de cet homme. XIIe s.
[Il] n'atent ne mais sul tens e leu De tolir à chacun son feu [fief] ; Sovent en est aguillonez, E de plusors amonestez , BENOIT , II, 8944
XIIIe s.
E li enemis de nature [le diable], qui d'autre chose n'avoit cure, Eguilonot et somoneit Celui que deceivre voleit , Grégoire le Grand, p. 8
XVIe s.
La beaulté de l'acte en soy estoit ce qui plus le sollicitoit et l'esguillonnoit , AMYOT , Pélop. 57
Icelle humeur a une petite acrimonie piquante et aiguillonnante , PARÉ , XVIII, 1
Mais je ne sçay comment ce daemon de Jodelle.... M'aiguillonne, m'espoint, m'espouvante, m'affolle , DU BELLAY , VI, 41, recto
Aiguillon.