AIGRIR

Prononciation : è-grir
Nature : v. a.

1Rendre aigre. La chaleur aigrit le lait. Le temps n'aigrit pas toutes sortes de vins. 2Fig. Irriter.
Je parlais pour l'aigrir, et non pour me défendre , CORN. , Cinna, V, 2
Mais sans doute, seigneur, ma présence l'aigrit , CORN. , Nicom. IV, 2
Si le mal vous aigrit, que le bienfait vous touche , RAC. , Esth. III, 1
Les reproches ne faisaient qu'aigrir les esprits , BOSSUET , Hist. III, 3
Sa mauvaise fortune avait aigri son esprit , SÉV. , 345
Connaissez donc Titus, voyez toute son âme, Le courroux qui l'aigrit, le poison qui l'enflamme ; Il brûle pour Tullie.... , VOLT. , Brut. I, 4
Je vous plains de servir sous ce maître farouche, Que le mérite aigrit, qu'aucun bienfait ne touche , VOLT. , ib. II, 2
3En parlant des choses.
Seigneur, trop d'amertume aigrirait vos reproches , RAC. , Iphig. III, 7
.... Vient de son désespoir aigrir l'inquiétude , RAC. , Brit. V, 8
Aigrir les soupçons de quelqu'un , RAC. , ib. I, 2
La vraie vertu a pour les princes quelque chose d'âpre ; elle leur paraît trop austère et trop indépendante ; elle les effraye et les aigrit ; ils se tournent vers la flatterie , FÉN. , Tél. XXIV
Une douceur que rien n'émeut ni aigrit, dont rien ne trouble la paix, et qui s'applique partout à la maintenir , BOURD. , Pensées, t. I, p. 90
Ceux même dont ma gloire aigrit l'ambition , BOURD. , Iphig. I, 1
Rougissez d'un silence Qui de vos maux encore aigrit la violence , BOURD. , Phèd. I, 3
Pourquoi venir encore aigrir mon désespoir ? , BOURD. , Bér. V, 5
Allons, suivons ses pas, aigrissons ses ennuis , VOLT. , Brutus, II, 3
Ils ont aigri les maux, loin d'y remédier , MASS. , Écueils.
Vous dirai-je les noms de ces grands personnages Dont j'ai dépeint les morts pour aigrir les courages ? , CORN. , Cinna, I, 3 AIGRIR, v. n. Devenir aigre. Le vin aigrit dans un tonneau malpropre. Ce lait a aigri par l'influence du tonnerre. Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir. S'AIGRIR, v. réfl.
4Devenir aigre. Le vin s'aigrit à l'air.
Le vin s'aigrit dans mon gosier Chez un traiteur maussade , BÉRANG. , Éloge de la Rich.
Les nourritures végétales donnent un lait plus prompt à s'aigrir , J. J. ROUSS. , Ém. 1
La voix se durcit ou s'amollit, elle s'enfle ou se rétrécit, elle va même jusqu'à s'aigrir , D'OLIVET , Prosodie franç.
5S'irriter. Il s'aigrissait de jour en jour contre son frère.
Vous savez que sa bile assez souvent s'aigrit , MOL. , l'Étour. I, 2
Il s'aigrit et s'irrite contre la vertu , FÉN. , Tél. III
Je crains.... Que son courroux ému ne s'aigrisse à me voir , CORN. , Pomp. IV, 2
XVIe s.
Telle douceur t'adoucira, Et ton aigreur ne l'aigrira , MAROT , II, 416
Les cueurs ne s'en aigrirent à l'encontre de Pericles , AMYOT , Péricl. 66
Lui voyant que le peuple en estoit indigné, l'aigrit et irrita encore davantage , AMYOT , Alc. 22
Aigre. L'ancien français a le verbe aigrier, qui veut plutôt dire tourmenter. AIGRIR. Ajoutez : - HIST. XVe s.
... Mais quant [Mathilde] plus longuement Eut regardé l'endroict de sa besongne, à tant s'esgrit en menasse et vergongne , RENÉ MACÉ , Suyte de l'hist. de France, p. 3, verso