AIGREMENT

Prononciation : è-gre-man
Nature : adv.

D'une manière aigre, avec aigreur. Il ne se dit point au propre. Il lui a répondu aigrement. XIIe s.
Cil respundi egrement e par rampodne, si li dist.... , Rois, 377
E li reis Benadab egrement s'en curuchad, e ses messages al rei Achab enveiad , ib. 324
Tel i out des prelaz parla si egrement Que la pape li dist : fratre, tempréement , Th. le Mart. 55
E quant vers saint iglise volt li reis rien mesprendre, Qui la devreit par tut e tenser e defendre, Li evesque l'en deivent mult egrement reprendre , ib. 71
XIIIe s.
Le comte de Flandres et ses gens y coururent sus moult aigrement et viguereusement et à pié et à cheval , JOINV. , 233
XIVe s.
Vous m'estes venue tencer Et reprendre fort aigrement , L'alch. à nat. 155
XVe s.
Et ils savoient bien qu'il avoit en la cité grand avoir assemblé ; car tout le pays d'entour y estoit affui ; si se penoient d'assaillir chacun jour plus aigrement , FROISS. , I, I, 161
XVIe s.
Son secretaire qui l'avoit voulu empoisonner, il ne le punit pas plus aigrement que d'une mort simple , MONT. , II, 128
Aigre et ment ; provenç. agramen, aigrament ; catal. agrament ; ital. agramente (voy. AIGRE).