AIDE

Prononciation : ê-d'
Nature : s. f.

1Secours, protection. Demander de l'aide à quelqu'un. Leur aide nous fut très utile. Il recourra, dans le besoin, à notre aide. Ils appelèrent le temps à leur aide. Il fit cela avec l'aide de ses amis. Vous êtes toute son aide. Il n'a pas eu d'autre aide que les livres qui étaient sous sa main.
Pompée a besoin d'aide, il vient chercher la votre , CORN. , Pomp. I, 1
Tu t'es vengé sans aide et tu veux m'en donner , CORN. , ib. III, 4
Et puisqu'il faut en faire une aide à ma faiblesse , CORN. , Rodog. II, 2
Ce monsieur, son pédant à son aide réclame , RÉGNIER , Sat. x.
Reposez-vous : usez du peu que nous avons ; L'aide des dieux a fait que nous le conservons , LA FONT. , Phil. et Bau.
2Donner aide, assister.
... je puis vous donner aide En ce besoin , LA FONT. , Fais.
3Être, venir en aide, seconder, secourir. Dieu vous soit en aide ! locution dont on se sert quand quelqu'un éternue.
Toute ma conversation se passe à dire grand merci à ceux qui me disent : Dieu vous soit en aide , BALZ. , Lett. 42, liv. VII
D'un Dieu vous soit en aide alors qu'on éternue , MOL. , Sganar. 2
Ainsi Dieu me soit en aide, espèce de serment pour affirmer solennellement une chose. Je le ferai, ainsi Dieu me soit en aide.
4À l'aide ! loc. adv. ellipt. venez au secours, à l'aide.
Aïe ! aïe ! à l'aide ! au meurtre ! au secours ! on m'assomme ! , MOL. , L'Étour. II, 9
5À l'aide de, loc. prépos. Par le moyen de. À l'aide d'un temps favorable il débarqua dans l'île. À l'aide de cette erreur.
Que tu sais bien, Racine, à l'aide d'un acteur, Émouvoir, étonner, ravir un spectateur ! , BOILEAU , Ép. VII
6Église, chapelle, succursale d'une église paroissiale dont les habitants sont trop éloignés. Sainte Marguerite était une des aides de la paroisse Saint-Paul. 7S. f. plur. Se disait des subsides, des levées de deniers qui se faisaient sur le peuple, pour aider à soutenir les dépenses de l'État. Octroi des aides, fermier des aides. Les aides montent à tant. Les contributions indirectes ont remplacé les aides.
Il me fit entendre qu'il cachait son vin à cause des aides , J. J. ROUSSEAU , Conf. IV
Entrerai-je dans le huitième denier ou dans les aides ? , LA BRUY. , 14 Cour des aides, compagnie supérieure, qui jugeait des affaires concernant ces sortes de subsides. Président, conseiller à la cour des aides.
Le président Amelot fut désavoué publiquement par la cour des aides , RETZ , IV, 133
Il se disait aussi du lieu où cette compagnie s'assemblait. Vous le trouverez à la cour des aides. Au figuré et par plaisanterie, aller à la cour des aides, aller aux emprunts, faire faire une partie de son travail par un autre.
8En termes de manége, aide s'entend des moyens par lesquels le cavalier agit sur son cheval. Les aides supérieures sont celles des mains ; elles agissent par l'intermédiaire des rênes. Les aides inférieures sont celles des jambes ; elles agissent par les cuisses, les jarrets, le gras des jambes, l'éperon et l'étrier. Le cavalier a les aides fines quand il les emploie avec méthode et précision. Le cheval a les aides fines lorsqu'il est très sensible aux aides. On le dit quelquefois au singulier : Le cheval sans aucune aide.... Donner les aides extrêmement fines, bien manier un cheval. Un peu d'aide fait grand bien. Bon droit a besoin d'aide, c'est-à-dire quelque évident que soit un droit, il est bon de le faire appuyer. AIDE, ASSISTANCE, SECOURS. Aide est le terme le plus général : on aide quelqu'un quand on lui rend un service dont il a besoin ; il ne peut faire une chose, il n'est pas assez fort ; on lui vient en aide. On lui vient en aide encore par de l'argent. Secours est plus particulier ; il indique non pas seulement que la personne a besoin de quelque chose, mais qu'elle est précisément dans un péril, dans une situation pénible, embarrassée. Celui qu'on aide fait quelque chose qu'il ne peut terminer seul ; celui qu'on secourt a besoin qu'on le tire de gêne, d'embarras, de péril. Assistance se rapproche beaucoup d'aide, sauf en un point, c'est que assistance rappelle à l'esprit son étymologie qui est assister, être présent à, être auprès de ; cela limite beaucoup l'emploi de ce mot. À plus forte raison faut-il écarter de la synonymie appui, que quelques-uns font entrer ici : appui a toujours avec lui son sens étymologique qui indique en quelles circonstances on peut le préférer à aide, à secours, à assistance. IXe s.
E in adjudha , Serment
XIe s.
De Mahomet jà n'i aurez aiude , Ch. de Rol. CII
Chevauche, reis, besoin [nous] avons d'aïe , ib. CXXIV
XIIe s.
Dex me soit en aïe.... , Ronc. p. 28
Mais comandez qu'il ait aïue grant , ib. p. 35
Tres dout [je crains fort] qu'il faillit d'aïe [qu'il manquât à secourir] Au roi où il fut alés , HUES DE LA FERTÉ , Romancero, p. 126
Car bien doit losangier qui mestier [besoin] a d'aïe.... , Sax. VII
Nos forces, nos aïes [nous] lui metons en defois [refus] , ib. XVIII
Si me feront aïde, se Deu plait, bonement , ib. XX
XIIIe s.
À l'aide de Dieu sa voie [elle] a rassenée [reprise] , Berte, XLVI
Bien a Diex et sa mere bui esté en m'aïue , ib. LII
Là [elle] remest [demeure] toute seule, Diex lui soit en aïe , ib. CIX
Si vraiement me fasse Diex à la fin aïue , ib. CXXIV
Et li autre s'en alerent à Gienes et à Pise, pour savoir quel aïe il vouldroient faire à la terre d'outre-mer , VILLEH. , XX
Biel signor, se vous voliés, je entreprendroie ceste besoigne et le [la] meneroie à fin à l'aiuwe de Dieu et le [la] vostre , Chr. de Rains, p. 155
Et li papes li remanda que, s'il ne le faisoit, il l'escumenieroit et lui et toutes ses aydes , ib. 157
Quant Eve vit qu'ele a perdue Sa brebiz, s'ele n'a aïue, Bret et crie forment, ha ! ha ! , Ren. 68
Chasteé, qui dame doit estre Et des roses et des boutons, Iert assaillie des gloutons, Si qu'el avoit mestiers [besoin] d'aïe, Car Venus l'avoit envaïe , la Rose, 2861
... car quant il vodront, Lor aïdes au roi toldront, Et li rois tous seus demorra Si tost com li pueple vorra , ib. 5324
Porce ne doit il pas aler à l'aide de l'autre partie , BEAUMANOIR , V, 12
Il est grans besoins que cascune juridictions mete s'ayde en fere tenir les testamens qui sont à droit fet , BEAUMANOIR , XII, 1
Qui fet ayde au bani du segneur, ne le recete, il quiet en l'amende du segneur à se [sa] volenté , BEAUMANOIR , XXXIV, 32
L'aide que Dieu li fist fu tele , JOINV. , 202
Et disait li rois que le conte de la Marche l'avoit envoyé querre ; car il disoit que il trouverait grant aide en France , JOINV. , 206
XVe s.
Le duc d'Anjou avoit en Languedoc cueilli une aide si grande et si grosse qu'elle avoit bien monté à deux cent mille francs , FROISS. , II, II, 28
Et si avoit [le duc de Normandie] son partage en bonne valleur, car il prenoit tailles et aydes, et n'y avoit le roy riens que son hommage et ressort , COMM. , II, 15
Les hommes fievés font à leur seigneur cinq droites aides , DU CANGE , auxilium.
Tailles ne sont mie aydes ; car tailles sont levées par cas de necessité et de volenté de prince ; mais celles aydes nul ne peut lever, si ce n'est au cas pour quoy elles sont deues , DU CANGE , ib.
Aydes chevels sont dits chevels pour ce que l'on les doit rendre as seigneurs chevels , DU CANGE , ib.
Aide de relief est deue quand le seigneur meurt et son hoir releve vers celui de qui il tenoit son fief , DU CANGE , ib.
XVIe s.
En cela nous avons une bonne aide pour conformer nos consciences à la foi que nous devons avoir en luy , CALV. , Inst. 188
Je vous prie bien affectueusement luy donner en son dict affaire le meilleur ayde que vous pourrez , MARG. , Lett. 80
J'ay grant peur que sans vostre bonne aide et celle de Dieu, nous aurons bien affaire à sa fille , MARG. , ib. 102
L'on doit venir par action [en justice, non par saisie] pour loyaux aides ou chevels , LOYSEL , 604
Loyaux aides (ou aides en 4 cas) sont coutumierement dus pour chevalerie du seigneur ou de son fils ainé ; pour mariage de fille ainée ; pour rançon et voyage en la terre sainte , LOYSEL , 605
Les catholiques qui pensaient avoir aide [part] à la prise, qui mesmes venoient avec armes pour vanter leur assistance, furent traittez de mesme , D'AUB. , Hist. I, 146
Car l'esprit ne sent rien que par l'ayde du corps , RONS. , 238
Berry, aïde ; picard, ayude, eyude ; provenç. ajudha, ajuda, ahia ; espagn. ayuda ; ital. aita ; d'un bas-latin adjuta, du supin adjutum, de adjuvare, de ad, à (voy. à), et juvare, aider, plaire. Les anciennes formes françaises sont aïude, aïue, aïde, aïe. Les formes ahia, aita, aïde, aïe, qui sont congénères, ne s'expliquent qu'en supposant qu'à côté d'adjutum avec u long, il y a eu un adjutum avec u bref, d'où un déplacement de l'accent et par suite, aïde. À Paris, dans le peuple on dit souvent aïde. On prononçait ainsi dans le XVIe siècle, comme l'indique Palsgrave, p. 11. Dans le XVIIe s. Chifflet, Gramm. p. 197, recommande de ne séparer jamais l'i, ainsi que quelques-uns qui prononcent mal. 1Se dit des personnes qui prêtent leur concours à une autre. Ce chirurgien a deux aides très adroits. Cette infirmière est une aide intelligente.
Si tu cherches un aide à traiter d'imposteur, Un roi qui t'a fermé la porte de mon coeur , CORN. , Perth. III, 4
2Aide-maçon ou aide à maçon, manoeuvre qui aide le maçon.
Que celui d'un fripier ou d'un aide à maçon , RÉGNIER , Sat. XII
3Aide de cuisine, celui qui sert sous le chef de cuisine. 4Aide des cérémonies, officier qui sert sous le grand maître des cérémonies. 5Aide de camp, officier attaché à un général.
Au bout de quelques années, il se défit du régiment pour s'attacher plus particulièrement à la personne du roi, qu'il suivit toujours dans ses campagnes, en qualité de son aide de camp , FONTEN. , Dangeau. Aide-major ou aide-chirurgien, chirurgien adjoint ou chirurgien-major. Sous-aide, celui qui est subordonné à l'aide-major. Aide-major ou aide-major de corps, officier placé sous la direction immédiate du major de corps et le remplaçant en cas d'absence. Ce grade n'existe plus, GÉNÉRAL BARDIN. Aide-major de place, officier sous la direction du major de place. Ce grade est aujourd'hui remplacé par celui d'adjudant de place. Aide-major général, titre qui se donne aux officiers généraux directement employés sous les ordres du major général. Autrefois il y avait eu sous ce nom des officiers majors de corps exerçant auprès des détachements les fonctions de major général. Aide-major des logis, officier dont les fonctions étaient analogues à celles des officiers d'état-major des armées républicaines.
6Aide de plongeur, dans la pêche des perles, pêcheur qui se tient dans une barque prêt à retirer le plongeur au premier signal que celui-ci donne au moyen d'une corde. 7Aide maître de pont ou chableur, celui qui aide à conduire les bateaux dans les passages difficiles. 8Aide ou assistante, religieuse qui aide celle qui est en charge. 9Dans la marine, officier marinier de canonnage, de timonerie, de charpentage, sous le maître et le second maître de chacun de ces états. On appelle aussi aides deux matelots appariés pour s'assister réciproquement dans leurs fonctions. 10Aide, domestique du bourreau. L'exécuteur et ses aides. XIIIe s.
Li mestre du mestier a la petite joustice et les amendes des maçons, des plastriers et des marteliers et de leurs aydes et de leurs aprentis , Livre des Mét. 110
XVIe s.
J'estois aide d'enseigne au regiment de Chappes. Aide-enseigne est un honneste homme qui aide à porter le drapeau ; comme on dit aide de camp, aide de sergent major, aide de sergent de bataille ; on commence à dire aide de caporal, aide de tambour. Tout se fait par aides ; j'ai veu qu'on ne parloit d'aides de lict qu'en Pologne , D'AUB. , Faen. IV, 15
J'aimerois mieux estre bon aide de sommelier , D'AUB. , ib.
L'un estoit aide à maçon , PARÉ , VIII, 32
Aide.