AGONIE

Prononciation : a-go-nie
Nature : s. f.

1État dans lequel le malade lutte contre la mort. L'agonie n'a lieu que dans les maladies où la vie s'éteint par degrés. L'agonie des adultes est ordinairement pénible et douloureuse. L'agonie est caractérisée par une altération profonde de la physionomie, l'aphonie, la sécheresse ou la lividité de la langue, des lèvres, le râle, la petitesse et l'intermittence du pouls, le froid des extrémités qui s'étend graduellement au tronc.
Il faut suer, veiller, fléchir, dépendre, pour avoir un peu de fortune, ou la devoir à l'agonie de nos proches , LA BRUY. , 6
Les tourments mérités d'une lente agonie , DELAV. , Vêpres sicil. IV, 4 Il a été à l'agonie, il a été dans un extrême danger de mort.
Le pauvre Léon a été à l'agonie , SÉV. , 86
La cloche funèbre sonne ses dernières agonies [du trappiste] , CHATEAUBR. , Génie, IV, III, 6
2Fig. L'empire romain étant à l'agonie. 3Extrême angoisse, grande peine d'esprit. Il est dans de continuelles agonies.
Jésus sera en agonie jusqu'à la fin du monde , PASC. , Myst. 1
XVIe s.
Ceulx qu'on veoid defaillants de foiblesse en l'agonie de la mort , MONT. , II, 54
Il passa la nuict en grande agonie, et puis mourut , AMYOT , Sylla, 175
Il y demoura toute la nuict en grande detresse et grande agonie de divers pensemens [perplexité] , AMYOT , Cicéron, 59
Ital. agonia ; terme grec signifiant combat, angoisse, dérivé de lieu d'assemblée, combat, du verbe grec conduire, mener (voy. AGIR). On trouve agonie dans Oresme, XIVe s. mais avec le sens grec d'exercice.