AFFRE

Prononciation : a-fr'
Nature : s. f.

Grand effroi.
Après les affres de la mort, elle ressentit les horreurs de l'enfer , BOSSUET , Anne.
Mme de Montespan était tellement tourmentée des affres de la mort, qu'elle payait plusieurs femmes dont l'emploi unique était de la veiller , SAINT-SIMON , 180, 155
Les premiers moments du vide extrême que laissait la mort de la Dauphine, la douleur, les affres dont elle [Mme de Maintenon] était aiguisée , SAINT-SIMON , 325, 4
XVe s.
Il leur dit que, jour de sa vie, n'eut si belles affres [frayeur] qu'il avoit à cette heure eues , LOUIS XI , Nouv. LXXV
Anc. haut-allem. eiver, eipar, âcre, hérissé ; comp. l'ital. afro, âpre, aigre ; afrezza, âpreté ; afretto, aigrelet. AFFRE. Ajoutez : - REM. D'après le Glossaire romand du doyen Bridel, affres désignait, aux XIVe et XVe siècles, une espèce de torture usitée à Genève.