AFFLUENCE

Prononciation : a-flu-an-s'
Nature : s. f.

1Écoulement abondant d'eau, de liquides. L'affluence des eaux fit déborder la rivière. L'affluence des humeurs. 2Fig. Grande abondance de choses. Une affluence considérable de marchandises.
Le bonheur du peuple ne consiste pas seulement dans l'affluence des fruits de la terre , FÉN. , t. XXII, p. 375
Cette affluence, ce crédit, cette autorité, ces titres, ces trésors, voilà ce que Dieu abandonne indifféremment au vice et au libertinage , BOURD. , Pensées, t. I, p. 331
L'auguste maison d'Autriche, où, durant l'espace de quatre cents ans, on ne trouve que des rois et des empereurs et une si grande affluence de maisons royales, avec tant d'États et de royaumes, qu'on a prévu, il y a longtemps, qu'elle en serait surchargée , BOSSUET , Marie-Thérèse.
3Grand concours de monde. Affluence extraordinaire. Au milieu de l'affluence des spectateurs. Il y eut une grande affluence à ses obsèques. Les habitants sortaient des villes et des bourgades en affluence. L'affluence des étrangers dans cette ville. AFFLUENCE, CONCOURS. Il n'est pas besoin d'indiquer que ces deux mots diffèrent essentiellement de multitude et de foule, par l'idée de mouvement qui y est incluse. Concours et affluence se confondent souvent ; pourtant toutes les fois qu'il importera de distinguer l'arrivée en masse d'une foule ou l'arrivée successive d'une foule, on se servira dans le premier cas de concours et dans le second d'affluence. XVIe s.
Et non seulement vescurent en affluence plantureuse de tous biens, ains encores amasserent ilz de l'argent pour l'entretenement de la guerre , AMYOT , Timol, 34
Provenç. et espagn. afluencia ; ital. affluenza ; de affluentia, de affluens (voy. AFFLUENT). AFFLUENCE. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
Et y estoit l'affluence du monde si grande, que le pape mesme cuida estre suffoqué en la presse , PARADIN , Chron. de Savoye, p. 254