AFFAMER

Prononciation : a-fa-mé
Nature : v. a.

1Priver de vivres, faire souffrir de la faim. Affamer une ville, l'ennemi.
Quand Porsenna affamait les Romains dans leurs murailles.... , BOSSUET , Hist. III, 6
2Terme de pêche. Attirer à l'aide d'un appât les sardines à fleur d'eau, à l'endroit où on tend un filet. XIIIe s.
Je ne manjai pieça, toute sui afamée , Berte, XLVI
Si fil se sont à lui clamé Que batu sont et afamé , Ren. 486
Renart à porpenser s'est pris, Et dit que il est fox naïs, Se einsi se let afamer , ib. 23535
Grant grace nous fist nostre Seigneur que il nous delivra, laquelle [ville] nous ne deussions pas avoir prise sans affamer , JOINV. , 216
Et ce poons nous voir tout cler, pource que par affamer la prist le roy Jehan au tens de nos peres , JOINV. , ib.
[Le demon] qui nos tenoit en grief servage, Qui venoit les armes [âmes] tenteir, Et n'en voloit panre [prendre] autre gage, Pour les chetives affameir En sa chartre antive et ombrage , RUTEB. , II, 11
XIVe s.
Il fit vilainement ceux dedens afamer, Dont ilz se commencerent moult à espoanter , Guesclin. 1202
XVe s.
Il les pensoit plutost avoir par affamer que par assaut , FROISS. , I, I, 139
L'intention des Anglois estoit de tenir ces Escots là endroit assiegés.... et les cuidoient bien affamer en leur pays , FROISS. , I, I, 42
Monseigneur, pour Dieu merci ! prenez garde dessus vostre fils, car il s'affame là en la prison où il git , FROISS. , II, III, 13
XVIe s.
Au contraire Alexandre affamé d'avarice , RONS. , 664
Wallon, afahant, affamé ; bourguig. efanti, efaimai ; provenç. afamar ; ital. affamare ; de ad (voy. à) et fames, faim (voy. FAIM). AFFAMER. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
... Li castiaus ne puet Estre affamés en nule guise ; Por nient ont la ville assise [assiégée] , Perceval le Gallois, V. 3766