AFFABLE

Prononciation : a-fa-bl'
Nature : adj.

1Qui a de l'affabilité.
On affecte une certaine modestie extérieure ; on est honnête, prévenant, affable , BOURD. , Pensées, t. II, p. 106
Doux, humbles, patients, affables à tout le monde, et ne cherchant à l'égard de tout le monde que les sujets de faire plaisir et d'obliger , BOURD. , ib. t. I, p. 197
Libéral, intrépide, affable et sans orgueil , CORN. , Sert. II, 2
Lui, parmi ces transports, affable et sans orgueil, à l'un tendait la main, flattait l'autre de l'oeil , RAC. , Ath. V, 1
Affable à tous avec dignité, elle savait estimer les uns sans fâcher les autres , BOSSUET , duch. d'Orl.
L'extérieur paraît affable, ce qui fait quelque montre de modestie , BOSSUET , Pensées chrét. 22
2Pris substantivement.
[Il] doit mêler à propos l'affable et le sévère , ROTROU , Vencesl. I, 1
Bouhours, Nouvelles Rem. dit, au sujet de affable et affabilité : " Ces deux mots ne plaisaient point à M. Patru. Ils sont françois, me dit-il un jour, mais laissons-les dire aux autres. Racine s'est servi d'affable, qu'on trouve aussi dans l'Oraison de la Dauphine : Applaudie de tous, mais affable et civile à tous. M. l'abbé Reynier se sert de ces deux mots. Il ne faut pas, après cela, s'arrêter à l'antipathie de M. Patru. " De son côté, Caillières disait, en 1690 : " Affable n'est plus guère dans le commerce des gens du monde ; honnête a pris sa place, de même que honnêteté a pris la place d'affabilité. " Ces deux mots sont en plein usage aujourd'hui ; ils remontent jusqu'au XIVe siècle. XIVe s.
Celui qui le fait selon ce qu'il convient et appartient, il peut estre appellé amiable ou affable ou agreable , ORESME , Eth. 50
Affabilis, de ad, à, et fari, parler (voy. FABLE).