affeterie

Prononciation : a-fé-te-rie
Nature : s. f.

Recherche mignarde dans les manières ou dans le langage.
Eut recours aux regards remplis d'afféterie , LA FONT. , la Coupe
Dont l'oeil rit mollement avec afféterie , RÉGNIER , Sat. IX
Rien ne se refuse dans les embrassements d'une femme artificieuse.... les moindres de ses afféteries emportaient les grâces des criminels , BALZAC , le Prince, ch. X
XVIe s.
J'eus honte que mes caprioles et affecteries de cour me fissent entrer sans barbe où ces vieillards estoient refuzés , D'AUB. , Hist. I, 154
Vous n'estes point subjecte à faire des affaiteries [coquetteries] comme la plupart d'elles font , CARL. , VI, 36
Langage sans affeterie [tromperie] , AMYOT , Lyc. 44
Affété.