adulterer

Prononciation : a-dul-té-ré. La syllabe te prend un accent aigu, quand la syllabe qui suit est sonnante ; et un acce
Nature : v. a.

1Terme de pharmacie. Falsifier, mettre en place de substances actives et chères des substances inertes et moins chères. 2En jurisprudence, adultérer les monnaies, adultérer les marchandises. 3Fig. Fausser, vicier.
Il adultère tous les ouvrages de Dieu , BOSSUET , Démons, 2 Régnier a dit adultériser : Voilà comme à présent chacun l'adultérise, Sat. V.
XVe s.
Et ne peut adulterer l'espouse incorrompue de Jesus-Christ , MONSTREL. , t. II, f° 160
XVIe s.
Les nouvelles qui viennent de si lointain pays, ou se buffettent comme les vins, ou sont falsifiées comme les pierreries, ou sont adulterées comme tout , DESPER. , Contes, I
Son amant la connaissant de bonne lignée et sage, au reste de la faute que lui mesme avoit commise, ne voulut point adulterer ni estre cause ailleurs d'un mauvais mariage [il l'épousa] , MARG. , Nouv. 44
Provenç. adulterar, avoutrar ; espagn. adulterar ; ital. adulterare ; de adulterare (voy. ADULTÈRE).