ADOSSER

Prononciation : a-dô-sé
Nature : v. a.

1Mettre le dos contre quelque chose. Il adossa ses hommes à une muraille. 2Placer une chose contre une autre qui lui sert d'appui. Adosser son camp à un fleuve. L'architecte veut adosser la maison au coteau. 3S'adosser, v. réfl. Il s'adossa contre un arbre et se défendit vaillamment. Le général voulait s'adosser à un marais impraticable. XIIe s.
Par l'apostolie sont de lur mestier sevré ; Pur la poür del rei ont Deu tut adossé [ils ont tourné le dos à Dieu] , Th. le mart. 69
XIIIe s.
Jà coars n'enterra [entrera] en paradis celestre ; Si n'est nuns si coars qui bien n'i vousist estre ; Mais tant doutent mesaize et à guerpir lor estre, Qu'il en adossent Dieu et metent à senestre , RUTEB. , 140
Bien avez vergoigne adossée, Qui honissiez vostre espousée , Ren. 14301
Contremont vers le mur ont puié les degrés ; El haut estage vienent, qu'est el mur adossés ; à une des fenestres es-les vous [les voilà] acoutés , Ch. d'Ant. VI, 486
Or prions Dieu le glorious, Que il mete tel sens en nous, Que nous puissommes adosser Les fols delis et oublier , Unicorne et serpent
XIVe s.
Tel vie menerent longuement, et adoserent nostre Seigneur et ses commandemens ; et nostre Sire les adosa, si comme vous oirez ci après , Chr. St-Denis, III, 10
Aussi est il des gens de religion qui le monde ont adossé et guerpi , ib. IV, 6
XVe s.
Quand il vit que on l'avoit ainsi adossé, il ordonna ses besognes et se despartit de Paris tout melancolieux , FROISS. , III, IV, 21
Si estoit arresté aux champs, et avoit adossé un noyer, et là se combattoit , FROISS. , II, II, 61
Non pourtant elle s'apaisa, et adossa la tendeur feminine, et s'adouba de virile vertu , LOUIS XI , Nouv. 26
Ital. adossare ; de à et dos.