ADJUGER

Prononciation : ad-ju-jé. Dans le XVIe s. Palsgrave et Bèze disent qu'on prononce ajuger ; dans le XVIIe, Chifflet r
Nature : v. a.

1Terme de pratique. Déclarer en jugement qu'une chose contestée entre deux parties appartient de droit à l'une d'elles. 2Adjuger au demandeur ses conclusions, rendre un jugement conforme aux prétentions du demandeur. 3Déclarer par autorité de justice qu'une personne devient propriétaire d'un bien meuble ou immeuble mis à l'enchère. 4Se dit de même des fournitures, des travaux proposés au rabais. On vient de lui adjuger l'éclairage des rues. 5Dans le langage général, attribuer, décerner. Adjuger le prix. Il s'adjugea la chose en litige.
Il voulait que le prix fût adjugé au trésor public , BOSSUET , Hist. III, 7
XIIIe s.
Chose ajuigie par la cort , Bibl. des Chartes, 4e série, t. II, p. 467
XIVe s.
Le marié peut cognoistre sa cousine non pas comme son cousin, mais comme son mari adjugié par l'Église , ORESME , Eth. 164
XVe s.
Si l'adjugerent [le duché de Bretagne] à messire Charle de Blois, et en osterent le comte de Montfort , FROISS. , I, I, 154
XVIe s.
Dettes privilegiées sont celles qui sont adjugées par sentences, services de mercenaires, louages de maisons, etc. , LOYSEL , 684
Adjudicare, de ad à (voy. à), et judicare, juger (voy. JUGER).