ACQUISITION

Prononciation : a-ki-zi-sion ; en poésie, de cinq syllabes
Nature : s. f.

1Action d'acquérir. Conclure une acquisition. L'acquisition de l'Alsace à la France par le cardinal Mazarin.
Les nobles ne pourront faire d'acquisition sur les pauvres , FÉN. , Tél. XI
Que j'avoue que je ne sais pas où et comment se peuvent conclure les mariages, les contrats, les acquisitions, la paix, la trêve, les traités, les alliances , LA BRUY. , 11
2Chose acquise. Conserver ses acquisitions. Cette acquisition lui donne un très bon produit. 3Fig. L'acquisition de qualités. Cette langue fit quelques acquisitions de mots. Songeant à des acquisitions d'honneur et de gloire. On fit une grande acquisition en cet homme illustre.
La délicatesse n'est pas une acquisition de l'âme , PASC. , Amour.
4Terme mystique. Le peuple d'acquisition, les chrétiens.
Le peuple d'acquisition, la nation sainte, les chrétiens, autrefois la bonne odeur de J. C. au milieu d'un monde païen et corrompu , MASS. , Conf. Zèle contre les scandales
XIIIe s.
Cele naturele francise est corrumpue par les aquisitions desus dites , BEAUMANOIR , XLV, 19
XIVe s.
Et l'aquisicion et perfettion d'elles est en nous acomplie par bonne acoustumance , ORESME , Eth. 33
XVIe s.
Toujours prest à faire de bien en mieux pour ceulx qui lui estoient redevables, afin de les entretenir en sa devotion, comme la plus belle acquisition qu'il eust sceu faire , AMYOT , Flam. 1
Acquisitio, de acquirere, acquérir ; Berry, acquirition.