ACCOUCHER

Prononciation : a-kou-ché

1V. n. Mettre au monde. Accoucher à terme, avant terme. Elle est accouchée de deux jumeaux.
Et la triste Émilie est morte en accouchant , CORN. , Sert. V, 2
Que ses parents et ses voisins l'avaient vue grosse de la fille dont elle avait accouché , VERTOT , Rév. rom. V, 60
Elle vient d'accoucher d'un garçon , SÉV. , 3
2Fig. et dans le style badin ou critique. L'un enfante des volumes, l'autre accouche d'épigrammes.
Que votre esprit accouche enfin de ce que.... Le sort de ce sonnet a droit de vous toucher ; Car c'est dans votre cour que j'en viens d'accoucher , MOL. , F. sav. III, 1
Mais enfin j'accouche d'un dessein Qui passera l'effort de tout le genre humain , REGNARD , Lég. IV, 2
Monsieur avait accouché de projets toute la nuit , RETZ , III, 176
Si quelquefois il n'enfantait pas heureusement ses idées, du moins il savait faire accoucher heureusement ses auditeurs des vérités cachées qui étaient en eux , DESFONT. , Éloge de Renau.
3S'expliquer. Parlez, accouchez enfin, et voyons ce qui vous inquiète.
Le roi insistant, il fallut bien accoucher, et Chamillart lui dit que.... , SAINT-SIMON , 105, 120
4V. a. Aider une femme à accoucher. Accoucher une femme. Ce chirurgien accouche bien. Accoucher, v. n. se conjugue avec être quand il s'agit d'exprimer l'état, et avec avoir quand il s'agit d'exprimer l'acte : Elle est accouchée depuis un mois ; Elle a accouché heureusement. Loc. vic. : Elle a accouché d'hier. Dites : Elle est accouchée d'hier. XIIIe s.
Mahius de Montmorency accoucha malades, et tant fu agrevés qu'il morut , VILLEH. , 89
Li quens del Perche s'acoucha de maladie , VILLEH. , 29
La comtesse Marie si acoucha d'une fille , VILLEH. , 180
Novellement est acouchée, à chascun [petit] donoit sa bouchée , Ren. 363
Et pour les dites maladies [j'] acouchai au lit malade en la mi careme , JOINV. , 237
Car trois jours devant ce que elle acouchast, lui vinrent les nouvelles que li rois estoit pris , JOINV. , 252
Et avint antre ces entrefates que la reïne fust preste d'acouchier ; et lo jor devant que ele acouchast.... , MERLIN , f° 68, recto.
XIVe s.
Si le [Piètre] leva de fons [fut sa marraine] la roÿne jolie, Qui d'une fille estoit à ce temps acouchie , Guesclin, 8621
XVe s.
Après advint que celle dame fut enceinte, et le dit roi, son mari, accoucha malade au lict de la mort , FROISS. , I, I, 49
L'abbesse, qui belle et jeune et en bon point lors estoit, nagueres s'acouche malade , L. XI , Nouv. 21
Advint qu'elle fut malade et au lit de la mort acouchée , L. XI , Nouv. 51
Là accoucha malade messire Henry de Bar en une ville que on nomme Trevise , Bouc. I, 27
XVIe s.
Ci dessous git estendue et couchée, Une qu'amour si bien vaincue avoit, Que plusieurs fois elle en fust accouchée ; Mais c'estoit mal dont elle relevoit , ST-GELAIS , 197
....où les femmes s'accouchent sans plainte et sans effroy , MONT. , I, 113
Une montagne fut quelque fois en travail d'enfant, et puis enfin elle s'accoucha d'une souris , AMYOT , Agés. 63
Elle s'accoucha en la prison d'un beau fils que.... , AMYOT , Dion, 72
Bourguig. écouchai ; picard, acouker. On voit par l'historique que accoucher ou s'accoucher signifie proprement se coucher, s'aliter ; ce n'est que peu à peu qu'il a pris le sens exclusif de se mettre au lit pour enfanter. De à et coucher.