ACCOINTER (S')

Prononciation : a-koin-té
Nature : v. réfl.

Faire accointance. Il s'est accointé d'un homme, avec un homme de fort mauvaise réputation. XIIe s.
Et pur ce que li reis l'aveit tant eshaucié, E mustré lui avoit sovent grant amistié, Qu'en tote rien lui out son conseil acointié, Ains ne trova li reis qui plus l'out corecié [courroucé] , Th. le Mart. 37
Le jur meesmes puis li fu bien acuintié, Et dui riche barun lui unt pur veir nuncié, Que s'il alout à curt, si ert aparillié, Il ert mis en prisun, ne verra mais sun pié , ib. 35
Celle [ma dame] me fut crueus à l'acointier , Couci, XX
Mar [je] acointai sa très bele figure Pour ces douleurs et pour ces maus atraire , ib. 126
Il les firent andeux [tous deux] en une isle nagier [passer] ; S'es [si les] ont andeux laissiez as armes acointier , Sax. 4
Mar acointa Charles ton fier courage [à malheur Charles fit connoissance avec] , Ronc. 14
Cil s'acointa et dit à Guenelon , ib.
Qui à mes coups n'est encore acointiés , ib. 89
XIIIe s.
Ignaures, ki ot le cuer gent, à toutes douze [dames] s'acointa , Lai d'Ignaurès
[Il] Oï parler de celle dame, qui repairoit en sa tere, et fist tant qu'il parla à li et s'i acointa , Chr. de Reins, p. 14
Et puis vint au castiel, et s'acointa au castelain de laiens [léans], et dist qu'il estoit menestreus de vielle , ib. p. 54
À un moine courtois m'accointai tellement.... , Berte, 1
Onque si douce chose [je] ne vi ne n'acointai , ib. 57
Quand je vois [vais] à Rome ou en Frise Porter nostre marcheandise, Vous devenez tantost si cointe ; Car je sai bien qui m'en acointe, Que partout en va la parole , la Rose, 8516
Fox est qui s'acointe d'oiseuse [oisiveté] ; S'accointance est trop perilleuse , ib. 3017
Miex me venist estre alé pendre, Au jor que je dui fame prendre, Quant si cointe fame acointai , ib. 8879
Bon fait acointier hommes riches, S'il n'ont les cuers avers et chiches , ib. 13309
Donques t'en vien aveques moi, Et je t'acointerai au roi Et à ma dame la roïne , Ren. 12212
XVe s.
Et emmena avec lui quinze jeunes et preux chevaliers d'Angleterre, pour eux accointer des seigneurs et des chevaliers qui là devoient estre , FROISS. , I, I, 27
Les Anglois escripvirent au duc de Bretaigne comme à leur accointié qu'il les voulust aider , J. DES URSINS , Ch. VI, 1387
Car je te vueil avecques moi mener Vers un seigneur dont te fault acointier , CH. D'ORL. , I
Nostre gouge fit un beau fils, dont le pere adoptif s'acointa grandement, et de la mere aussi , L. XI , Nouv. 22
C'est de se acointer et approcher de lui gens vertueux et honnestes , COMM. , II, 3
En passant par Lyon il s'accointa d'un medecin appellé maistre Simon de Pavie , COMM. , IV, 13
XVIe s.
Il s'accointa de cette Larentia et l'aima tellement qu'il la laissa son heritiere , AMYOT , Rom. 6
Les prestres se crevent les yeux pour acointer les daimons , MONT. , I, 112
Autant qu'elles ont accointé de masles , MONT. , I, 114
Bourguig. s'accointai ; provenç. acoindar, aconjar ; ital. accontare, se rencontrer, s'aboucher, accontato, informé, acconto, ami intime ; angl. to acquaint ; de à et d'un radical roman qui existe en italien, conto, ami, connoissance. Bien qu'on trouve dans l'allemand kund qui a le même sens, il n'y a aucune raison pour ne pas chercher l'étymologie dans le latin cognitus, connu, de cognoscere (voy. CONNAÎTRE). Cognitus avec l'accent sur co donne régulièrement conte ou conto.