ACCEPTION

Prononciation : a-ksè-psion ; en poésie, de quatre syllabes, a-ksè-psi-on
Nature : s. f.

1Action d'admettre par préférence. La loi ne fait pas acception des personnes. Ne faire acception de personne.
Si l'on voit une acception de personnes dans la chaire de saint Pierre.... , BOSSUET , Lettr. quiét. 129
Le Dieu du ciel et de la terre qui n'a acception de personne , VOLT. , Zad. 7
2Manière de prendre un mot, sens qu'on lui donne. Ce mot a plusieurs acceptions. Acception propre, acception figurée. On prend ce mot dans une double acception. XVe s.
Soyez renommé en administration de vraie justice, et à icelle puissamment exercer et executer, sans acception de personne , J. DES URSINS , Ch. VI, 1410
XVIe s.
Sans nulles acceptions de personnes , D'AUB. , Hist. II, 229
Sans acception ne exception de personne , D'AUB. , ib.
Les fideles sont justes devant Dieu, non point par les oeuvres, mais par acception gratuite , CALV. , Inst. 590
Provenç. acceptio ; catal. accepció ; espagn. accepcion ; de acceptio, de accipere, recevoir, de ad, à, et capere, prendre (voy. CAPTURE).