ACCABLEMENT

Prononciation : a-kâ-ble-man
Nature : s. m.

1État d'une personne, d'un corps, d'un esprit, d'un peuple accablés. Être dans l'accablement de la douleur. Son accablement est extrême. Plongé dans l'accablement.
Et je préférerais un peu d'emportement Aux plus humbles devoirs d'un tel accablement , CORN. , Sert. IV, 1
On croit cette imposition prématurée dans l'accablement où sont les peuples , BOSSUET , Lett. quiét. 472
Quand il dort, c'est d'accablement , SÉV. , 502
Des infortunés qui vivent dans l'accablement , MASS. , Affl.
Vous qui n'avez jamais de sourire moqueur Pour les accablements dont une âme est troublée , V. HUGO , Crép. 38
2Action d'accabler.
Pour dernier accablement, son adversaire lui donna un coup de pied , SCARR. , Rom. com. 10
3Surcharge. Accablement d'affaires.
Que deviennent les lois et le prodigieux accablement de leurs commentaires ? , LA BRUY. , 12
Si c'est trop de se trouver chargé d'une seule famille, si c'est assez d'avoir à répondre de soi seul, quel poids, quel accablement que celui que donne un royaume ! , LA BRUY. , 10
ACCABLEMENT, ABATTEMENT, DÉCOURAGEMENT. L'idée commune est un état de langueur de l'âme. L'accablement est plus fort que l'abattement. L'homme abattu peut se relever ; l'homme accablé a succombé sous le poids, et ses forces sont brisées. Pour l'abattement et l'accablement, il y a toujours une cause extérieure et antérieure, un coup porté, une surcharge imposée. Le découragement, au contraire, est plus général, et ne suppose pas nécessairement quelque chose de grave qui ait précédé. Certains hommes sont pris de découragement pour des motifs fort légers ; on peut avoir perdu courage et n'être ni abattu ni accablé, mais l'abattement et l'accablement ôtent le ressort de l'âme et impliquent le découragement. Accabler.