ABSTRAIRE

Prononciation : ab-strê-r'
Nature : v. a.

1Terme de philosophie. Considérer isolément, dans un objet, un de ses caractères. Dans un objet blanc on abstrait la blancheur, qui devient un terme général. En arithmétique, on abstrait les nombres de toute valeur particulière. Les origines du langage témoignent que les hommes ont abstrait les qualités pour faire les substantifs généraux. 2Absolument. Le pouvoir d'abstraire.
C'est que, par la faculté que toutes les personnes auraient d'abstraire, elles pourraient toutes être géomètres , DIDER. , Lettr. sur les sourds et muets
3Abstraire son esprit, le séparer de tout autre objet que celui que l'on considère. Que d'efforts pour abstraire son esprit et se livrer à des méditations profondes ! Abstraire un personnage du temps où il a vécu, une idée de la société où elle a pris naissance. Abstraire a ici son sens propre de séparer. XVIe s.
Comme un elixir et quintessence tirée et abstraite, non-seulement des harangues, mais.... , Sat. Mén.
Abstrahere, de abs, indiquant séparation, et trahere, tirer, traire (voy. TRAIRE). ABSTRAIRE. Ajoutez : 4V. réfl. S'abstraire, s'isoler en esprit. Il est capable de s'abstraire même au milieu du tumulte, et de spéculer sur les questions philosophiques.