ABSINTHE

Prononciation : a-bsin-t', ou, suivant la prononciation réelle, a-psin-t'
Nature : s. f.

1Plante aromatique et très amère. L'absinthe se nomme aussi aluine ; le nom scientifique est artemisia absinthium. 2Espèce de liqueur faite avec l'absinthe. Prendre un verre d'absinthe. 3Fig. Amertume.
Quand tu la vois si dignement Adoucir toutes nos absinthes , MALH. , III, 3
La vie est cruellement mêlée d'absinthe , SÉV. , 120
Il vaut mieux ne se nourrir que d'un pain d'absinthe et d'amertume , MASS. , Dégoûts.
Si votre langue n'est pas toujours trempée dans l'absinthe , MASS. , Pardon. Dieux
Depuis que l'amour me tient à la torture, Il verse dans mon sein l'absinthe toute pure , TRISTAN L'HERMITE , Panthée, V, 1
Le genre de ce mot est resté quelque temps indécis ; et Malherbe se servait indifféremment du masculin ou du féminin :
Tout le fiel et tout l'absinthe Dont un amant fut jamais abreuvé , MALH. , V. 27 Aujourd'hui absinthe est toujours féminin.
XVIe s.
De plant enraciné et de semence s'edifie l'aluine ou absinthe appelé fort , O. DE SERRES , 565
Absinthe romain ou pontique, marin et vulgaire, est dict aussi aluine pour sa grande amertume, comme celle de l'aloes ; aussi fort, c'est-à-dire fort amer ; sa graine tue les vers , O. DE SERRES , 615
Provenç. absinti, absens, eyssens ; espagn. ajenjo ; ital. assenzio ; de absinthium, du grec. ABSINTHE. 3Ajoutez : Avaler son absinthe, subir patiemment quelque chose de désagréable.
Si je n'avais trouvé notre petit Livry tout à propos, j'aurais été malade ; j'avalai là tout doucement mon absinthe , SÉV. , Lett. à Guitaut, 6 décembre 1679