ABRUTIR

Prononciation : a-bru-tir
Nature : v. a.

1Rendre brute. Il finit par abrutir un esprit peu ouvert.
Vous l'abrutiriez par cette méthode , J. J. ROUSS. , Ém. II
Il éteint et abrutit sa raison , MASS. , Bonh.
2S'abrutir, v. réfl. Devenir brute. Il s'est abruti par le vin.
Excès où l'on s'abrutit dans les sens, où l'on éteint toutes les lumières de sa raison , BOURD. , Pensées, t. II, p. 268
A mesure qu'il s'est abruti [l'homme corrompu], il a tâché de se persuader que l'homme était semblable à la bête , MASS. , Car. Vérité d'un avenir.
XVIe s.
Ces colleges où on les envoye les abrutissent ainsi , MONT. , I, 181
Il confesse que la prosperité a hebeté et abruti tous ses sens , CALV. , Inst. 550
Elle abestit et abrutit toute la sagesse, resolution, prudence, et toute operation de l'ame , CHARRON , Sagesse, I, 23
À et brute.