abnegation

Prononciation : ab-né-ga-sion
Nature : s. f.

Renoncement. Faire abnégation de ses intérêts. Agir avec abnégation. L'abnégation est un sacrifice.
Avec une parfaite abnégation de ses désirs , BOSSUET , Lettr. abb. CL.
Est-il un plus beau sacrifice ? est-il une abnégation de soi-même et une mortification plus parfaite ? , BOURD. , Pens. t. III, p. 153
Le grand avantage de la vie religieuse, c'est l'abnégation chrétienne, c'est la mortification des sens, c'est la croix , BOURD. , ib. t. II, p. 362
La pratique de cette abnégation évangélique en quoi consiste le vrai christianisme et par conséquent le salut , BOURD. , ib. t. I, p. 88
C'est une qualité dans les individus que l'abnégation de soi-même , STAËL , Allem. I, 2
XVIe s.
La justice de Dieu git en abnegation de nous mesmes et obeissance de sa volonté , CALV. , Inst. 191
A tous autres de la dite religion, d'en venir faire abnegation dans six mois , D'AUB. , Hist. II, 483
Abnegatio, de ab, indiquant séparation, et de negare, nier (voy. NIER).