ABATAGE

Prononciation : a-ba-ta-j'
Nature : s. m.

1Terme forestier. Action d'abattre. L'abatage des bois se fait en automne. 2En termes de marine, l'abatage d'un bâtiment est l'opération par laquelle on l'incline sur le côté pour l'abattre en carène. 3En termes d'administration militaire, l'abatage des bestiaux est la mise à mort des animaux destinés à la nourriture de la troupe. 4En termes de police sanitaire, l'abatage est la mise à mort des grands animaux domestiques, soit parce qu'ils sont vieux ou incurables, soit par précaution, quand ils sont suspects ou atteints d'une maladie contagieuse. L'abatage des chevaux est nécessaire en cas de morve. 5En termes de vétérinaire, action de renverser et de fixer les grands animaux sur un lit de paille, quand ils doivent subir des opérations chirurgicales. L'Académie n'y met qu'un seul t ; mais elle en met deux à abattre ; la conséquence veut qu'on mette deux t à abatage, ou qu'on n'en mette qu'un à abattre. XIIIe s.
Et si a li cuens [comte] à l'abataige des pourceaux soixante dix sols par an , DU CANGE , abatere.
Abattre. ABATAGE. Ajoutez : 6Terme d'exploitation houillère. Action d'abattre la houille dégagée par le havage. 7À certains jeux de cartes, action d'abattre ses cartes.
Dans le baccarat en banque, il y a à peu près la moitié des coups où il y a au moins un abatage , E. DORMOY , Journ. des Actuaires franç. t. II, p. 45
Le banquier n'éprouve aucune difficulté quand il y a un abatage à sa droite ou à sa gauche, parce qu'alors il n'a plus à tenir compte, pour décider sa manière de jouer, que du tableau qui n'a pas abattu , E. DORMOY , ib. p. 39