CAMÉLÉON

Prononciation : ka-mé-lé-on
Nature : s. m.

1Espèce de lézard auquel on attribuait la faculté de changer de couleur selon les objets qui l'entouraient. Mais jugez la querelle Sur le caméléon ; sa couleur, quelle est-elle ? Monsieur veut qu'il soit vert ; moi je dis qu'il est bleu.
Soyez d'accord, il n'est ni l'un ni l'autre, Dit le grave arbitre, il est noir : à la chandelle hier au soir Je l'examinai bien, je l'ai pris, il est nôtre, Et je le tiens encor dans mon mouchoir.... Il ouvre le mouchoir, et l'animal sort blanc , LA MOTTE , Fabl. II, 9 Fig. Celui qui change indifféremment pour complaire à qui peut servir ses intérêts. Des caméléons politiques.
Je définis la cour un pays où les gens, Tristes, gais, prêts à tout, à tout indifférents, Sont ce qu'il plaît au prince, et, s'ils ne peuvent l'être, Tâchent au moins de le paraître ; Peuple caméléon, peuple singe du maître , LA FONT. , Fab. VIII, 13
2Terme de chimie. Caméléon minéral, permanganate de potasse, composé qui prend différentes nuances, suivant qu'on le traite par l'eau, les acides, etc. XIVe s.
Et seroit ainsi un homme beneuré semblable, quant à ce, à une beste appellée cameleon , ORESME , Éth. 23
En grec, à terre et lion : lion terrestre.