BÊLER

Prononciation : bê-lé
Nature : v. n.

Faire un bêlement, pousser des bêlements.
L'oiseau chante, l'agneau bêle, L'enfant gazouille au berceau ; La voix de l'homme se mêle Au bruit des vents et de l'eau , LA MART. , Harm. I, 3
Brebis qui bêle perd sa goulée, c'est-à-dire à trop parler on perd le temps de manger, et aussi d'agir. La brebis bêle toujours de même, c'est-à-dire on ne change guère les manières qui proviennent de la nature. Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir. XIIIe s.
Qant il ala esbanoier, Les brebiz oit [il entend] es chans beller , Ren. 6365
Lyons y belent et grans ours ; Grant joie i a de jongleours , Fl. et Bl. 3149
XVIe s.
.... et quand une desdites testes [d'un agneau monstrueux] belloit, les autres faisoient le semblable , PARÉ , XIX, 20
Ils bellent comme les chevres , PARÉ , Anim. 25
Provenç. belar ; espagn. balar ; ital. balare ; du latin balare. BÊLER. - HIST. XIIIe s. Ajoutez :
Brebis recognoist son fil au baeler seulement , BRUN. LATINI , Trésor, p. 229