HYPOTHÉQUER

Prononciation : i-po-té-ké. La syllabe thé prend l'accent grave, quand la syllabe qui suit est muette : j'hypothèque
Nature : v. a.

Terme de jurisprudence. Soumettre à l'hypothèque, donner pour hypothèque. Hypothéquer une terre, une maison.
Je viens de faire bâtir dans le faubourg une grande maison qui me revient à plus de quarante-cinq mille francs ; vous n'avez qu'à l'hypothéquer, je vous la prête , DANCOURT , Agiot. III, 9
Il n'est pas inouï de voir des États hypothéquer leurs fonds pendant la paix même , MONTESQ. , Esp. XIII, 17 Fig.
Mais, ajoute-t-il pour justifier le P. Bauny, vous qui reprenez cela, attendez, quand un pénitent sera à vos pieds, que son ange gardien hypothèque tous les droits qu'il a au ciel pour être sa caution , PASC. , Prov. 15
S'hypothéquer, v. réfl. Être hypothéqué. Ces biens ne peuvent s'hypothéquer.
XVIe s.
Opinion, secte, à laquelle ils se trouvent hypothequez, asservis et collez , MONT. , II, 232
Celuy qui a hypothequé au monde son livre, je treuve apparence qu'il n'y aye plus de droict , MONT. , IV, 90
Je n'aime pas que ma volonté demeure hypothequée par tiltre de gratitude , MONT. , ib. 94
Hypothèque 1 ; provenç. et espagn. hipotecar ; ital. ipotecare.