GERÇURE

Prononciation : jèr-su-r'
Nature : s. f.

1Petite fente ou crevasse peu profonde que l'on observe particulièrement à la peau, aux lèvres et, en général, à l'origine des membranes muqueuses, et qui est produite par le froid et par différentes autres causes. Gerçures du mamelon, petites excoriations qui sont produites par la succion de l'enfant, et qui causent une très forte douleur. 2Petite fente qui se produit à la surface de la terre, à l'écorce des arbres, etc.
La même chose arrive partout aux feuilles d'arbres ; le vent porte souvent dans ces gerçures les oeufs d'insectes invisibles , VOLT. , Mél. hist. Un chrét. contre six juifs ; Rép. encore plus courte. VIII
Dont l'écorce n'offre ni rides, ni crevasses, ni gerçures , DIDEROT , Salon de 1765, Oeuv. t. XIII, p. 31, dans POUGENS
3Petit fendillement dans un enduit.
Cette gerçure n'est pas seulement dans la couverte, elle prend aussi sur le biscuit , RAYNAL , Hist. phil. v, 27 Terme de peinture. Fendillement qui s'opère dans l'enduit d'un tableau.
Il ne manque au moderne que le cadre enfumé, la poussière, quelques gerçures, et les autres signes de vétusté pour être estimé, recherché et jugé à sa valeur , DIDEROT , Salon de 1707, Oeuv. t. XIV, p. 351
4Terme de métallurgie. Fente qui se voit sur l'acier trop fortement trempé. 5Nom de fentes vives qui se trouvent dans le diamant. 6Maladie de la vigne qui paraît être une sorte de brûlure (voy. BRÛLURE). Gercer. GERÇURE. Ajoutez : 7Terme d'artillerie. Fente produite à la surface extérieure d'une bouche à feu en bronze, par suite d'une forte pression intérieure.