GÊNE

Prononciation : jê-n'
Nature : s. f.

1La question qu'on faisait subir aux accusés pour leur arracher des révélations.
Menacés de la gêne, ils ont tout découvert , TH. CORN. , Pers. et Dém. v, 2
On le retira de la gêne pour le réserver au gibet , CHATEAUBR. , Natch. 2e part. vers la fin. Par extension, les tortures qu'on inflige à quelqu'un pour lui faire dire quelque chose, pour en tirer de l'argent. Mettre à la gêne, donner la question ; et fig. soumettre à une vive peine, mettre dans un grand embarras.
C'est en cette manière qu'il nous a appris qu'il fallait mettre à la gêne de tels imposteurs , PASC. , Prov. 16
Si elle [la conscience] refuse de parler, c'est qu'elle est complice du crime ; il la faut faire parler par force, il la faut mettre à la gêne et à la torture , BOSSUET , Sermons, Péché d'habitude, 3
Sont-ils d'accord tous deux pour me mettre à la gêne ? , RAC. , Phèd. v, 4
Donner la gêne, donner la question ; et fig. imposer un grand effort.
Il ne faudrait pas donner la gêne à notre esprit, pour trouver de quoi nous entretenir avec lui , MASS. , Carême, Prière 1
Se donner la gêne, s'inquiéter ; se mettre l'esprit à la gêne, faire de grands efforts. Il se donne la gène pour faire des vers.
2Par extension, douleurs très vives comparées à celles de la question.
Je ne veux point d'un fils dont l'implacable haine Prend ce nom pour affront et mon amour pour gêne , CORN. , Héracl. v, 5
La recevoir [Émilie] de lui me serait une gêne , CORN. , Cinna, II, 2
Pour moi, j'en ai souffert la gêne sur mon corps , MOL. , l'Ét. IV, 5
Je sens de son courroux des gênes trop cruelles , MOL. , Dép. am. v, 2
Non, non, l'enfer n'a point de gêne Qui ne soit pour ton crime une trop douce peine , MOL. , Sgan. 16
La pierre, la colique et les gouttes cruelles.... De travaux douloureux le viennent accabler, Sur le duvet d'un lit, théâtre de ses gênes, Lui font scier des rocs, lui font fendre des chênes , BOILEAU , Épît. X
3Ce qui met trop à l'étroit, mal à l'aise. Être à la gêne dans ses souliers. Il y a un peu de gêne dans la respiration. 4L'embarras que cause le séjour d'une personne chez une autre. Restez chez moi, il y a place pour vous, vous ne me causerez pas de gêne. 5Contrainte fâcheuse, état pénible où l'on se trouve.
Que de vivre à la gêne avec un indiscret , RÉGNIER , Sat. VIII
Puis-je vivre et traîner cette gêne éternelle ? , CORN. , Rodog. v, 4
Ces feintes ont pour moi des gênes trop cruelles , CORN. , Théod. IV, 1
Je souffre, et c'est pour vous que j'ose m'imposer La gêne de souffrir et de le déguiser , CORN. , Oth. I, 4
Je m'impose à vos yeux la plus dure des gênes , CORN. , D. Sanche, I, 2
L'hymen où je m'apprête est pour vous une gêne ! , CORN. , Sertor. IV, 2
Mais je ne puis souffrir qu'un esprit de travers Qui, pour rimer des mots, pense faire des vers, Se donne en te louant une gêne inutile , BOILEAU , Disc. au roi.
Le délassement le plus sûr des gênes, des bienséances , MASS. , Carême, Temples.
Où le sexe, élevé loin d'une triste gêne, Marche avec les héros, et s'en distingue à peine , VOLT. , Tancr. IV, 6
Quintilien n'est franc ni dans sa critique ni dans son éloge ; on y sent la gêne , DIDEROT , Claude et Nér. II, 103
Charmante maison, point de gêne ; on y est comme chez soi , PICARD , Deux Philiberts, I, 4 Terme de peinture. Synonyme de contrainte dans le dessin. Sans gêne, sans s'imposer aucune contrainte.
C'est chez nous [singes] qu'à vivre sans gêne S'instruisit le grand Diogène , BÉRANG. , Orang-out.
Diogène, sous ton manteau, Libre et content, je ris et bois sans gêne , BÉRANG. , Nouv. Diog.
Être sans gêne, prendre ses aises sans s'inquiéter des autres. Ce monsieur est sans gêne. On dit dans un sens analogue : C'est un monsieur sans gêne ; et, avec ellipse de monsieur, c'est un sans gêne, vous êtes un sans gêne. Substantivement. Le sans-gêne, voy. SANS-GÊNE, à son rang alphabétique.
6État voisin de la pauvreté, pénurie. Être dans la gêne. Où il y a de la gêne il n'y a pas de plaisir. XIIIe s.
Et si tost comme il le [la] vout metre à la gehine, ele reconnut toute le [la] verité et fu arse , BEAUMANOIR , LXIX, 16
Or ont, por leur amour, perpetuel haïne, Por leur joie, tristesce, por leur pais, ataïne [fâcherie], Et por leur faus deliz, très destraignant jaïne ; Perilleuse est amor qui tel queue traïne , J. DE MEUNG , Test. 1975
XIVe s.
Pour gehines et justices de le [la] ville faites au dit terme , CAFFIAUX , Abatis de maisons, p. 24
XVIe s.
Je ne veulx corrompre son esprit à le tenir à la gehenne et au travail , MONT. , I, 181
Quelle gehenne ne souffrent les femmes, guindées et cenglées, à tout de grosses coches sur les costez ? , MONT. , I, 308
Estre tiré sur la gesne [torturé] , PARÉ , VI, 14
Ilz les emprisonnoient, ilz leur donnoient la gehenne , AMYOT , Lucull. 35
Tu fais que sage de confesser la verité avant que l'on te donne la geyne pour te la faire dire , AMYOT , Anton. 76
Contraction de gehenne (voy. ce mot) ; Maine, géhaigne.