ÉCORNE

Prononciation : é-kor-n'
Nature : s. f.

Action d'écorner, de diminuer, atteinte, dommage.
Cette première écorne [diminution des prérogatives des maréchaux] les mortifia fort, et le maréchal de Villeroy surtout , SAINT-SIMON , 158, 70
Chaque écorne le réveillait et le rendait plus attentif , SAINT-SIMON , 415, 218
XVIe s.
Que les ennemis, estans plus forts, nous feroient recevoir une escorne , LANOUE , 650
C'eust esté une escorne notable pour eux [de fuir], puisque leur alarme ne provenoit que de deux prestres et deux ivrognes , D'AUB. , Vie, LX
Ceux qui reçoivent escorne dans leur mariage sont appellez cornards , Contes de CHOLIÈRES, f° 182, dans LACURNE
Voy. ÉCORNER.