DÉLECTABLE

Prononciation : dé-lè-kta-bl'
Nature : adj.

Qui délecte, qui est tres-agréable.
Mon printemps était délectable, Les plaisirs logeaient en mon sein , RÉGNIER , Stances rel.
Il y boit à longs traits d'un nectar délectable , TRISTAN , Panthée, V, 3
En voyant avec agrément le fruit défendu, en le dévorant d'abord des yeux et prévenant par son appétit son goût délectable, l'amour du plaisir est entré, et nos premiers parents nous l'ont inspiné jusque dans la moelle des OS , BOSSUET , Concupisc. 25
Fruit d'un aspect délectable , VOLT. , Phil. IV, 17
Chaque frémissement de l'airain portait à mon âme naïve la délectable mélancolie des souvenirs de ma première enfance , CHATEAUB. , René, 171
On parle de banquet ? il vous cite sa table ; De vin ? le sien est délectable , DELILLE , Conversation, II Substantivement.
Ils auront joint l'utile avec le délectable , RÉGNIER , Sat. IX
XIIe s.
Deleitaules sont les oyvres [oeuvres] nostre Signor , ST BERN. , dans RAYNOUARD
E encens offrid as munz e par tut là ù arbre bien fuillié truvad, e ki umbre delitable getad , Rois, 396
XIIIe s.
Cis palais fu uns des plus biaus et des plus delitables de tous les delis [délices] qu'il conviengne à cors d'ome , VILLEH. , LXII
Naples fu donée à Virgile, Qui plus est delitable ville Que n'est Paris ne Lavardins , la Rose, 18928
XIVe s.
La vie de ceulx qui oeuvrent selon vertu est selon soi delectable , ORESME , Eth. 19
XVe s.
Estant parmi les pots pleins de vin delectable , BASSELIN , II
Le vice de luxure abonde en jolivetés, en regards et contenances, et s'adjoint à convoitise de choses delectables , Bouciq. IV, ch. 7
XVIe s.
Il y a de trois sortes de biens, les delectables, les utiles et les honnestes , LANOUE , 506
Boscages et prairies salubres et delectables , AMYOT , Alc. 47
Aime la loy d'amour tant delectable , MAROT , IV, 111
Provenç. delectable, deleitable, delechable ; espagn. deleytable ; portug. deleitavel ; ital. dilettabile ; du latin delectabilis, de delectare, délecter.