CONSOMMATION

Prononciation : kon-so-ma-sion ; en poésie, de cinq syllabes
Nature : s. f.

1Achèvement, accomplissement. La consommation d'une affaire, d'un sacrifice.
C'est le plus grand de tous les dons, c'est la consommation de toutes les grâces , MASS. , Car. Impén. La consommation des siècles, des temps, ou, absolument, la consommation, la fin du monde.
Il sera présent avec eux jusqu'à la consommation des siècles , MASS. , Av. Circ.
La désolation persévère jusqu'à la consommation , MASS. , Car. Injust.
2En matière bénéficiale, épuisement du droit qu'un patron, laïque ou ecclésiastique, a de nommer à un bénéfice. Les provisions d'un bénéfice font pour cette fois la consommation du droit du collateur. 3La consommation du mariage, l'union charnelle des époux.
Mlle d'Armagnac est mariée à ce Cadaval [un seigneur portugais] ; elle est belle et jolie ; c'est le chevalier de Lorraine qui l'épouse [par procuration], elle fait pitié d'aller chercher si loin la consommation , SÉV. , 198
4Emploi avec destruction. Faire une grande consommation de bois, d'eau, de sel. Cette guerre a fait une cruelle consommation d'hommes.
Considérons la consommation d'hommes, d'argent, de forces de toute espèce, l'épuisement où la plus heureuse guerre jette un État quelconque , J. J. ROUSS. , Paix perpétuelle. Terme de jurisprudence. Prêt de consommation, opposé à prêt à usage, prêt de choses destinées à être consommées, avec la condition d'en rendre d'équivalentes. Dans la marine, consommation, tout ce qui est employé au service du vaisseau pendant le voyage. Terme d'administration militaire. État et justification des dépenses d'un corps. Ce qu'on a bu ou mangé dans un café. Payer, jouer la consommation. On dit aussi : Allons dans ce café, la consommation y est bonne.
5Terme d'économie politique. Action de détruire l'utilité d'un produit, utilité que la production a créée.
Entretenir perpétuellement dans une ville telle que Paris une consommation immense dont une infinité d'accidents peuvent toujours tarir quelques sources.... , FONTEN. , Argenson.
L'impôt sur l'industrie.... diminue nécessairement la consommation, et, en diminuant la consommation, il empêche la reproduction ; il tend donc à détériorer l'agriculture , CONDILLAC , Comm. gouv. part. I, ch. 28
Une denrée [le café] qui n'était qu'un objet de luxe et un plaisir de plus pour le riche, devint bientôt assez commune pour servir à la consommation du peuple , CONDORCET , Maurepas.
La consommation n'est pas une destruction de matière, mais une destruction d'utilité , J. B. SAY , Traité, 1841, p. 435
Par production j'entends ce qui confère l'utilité, et par consommation la jouissance produite par cette utilité , BASTIAT , Oeuvres, t. VI, p. 358 Consommation productive ou reproductive, celle qui détruit pour remplacer. Consommation improductive ou, mieux, non reproductive, celle qui détruit sans remplacer. Impôts, taxes de consommation, droits perçus sur la production ou la vente des objets. Droits de consommation, l'un des droits dont se composent les droits sur les boissons.
XIIe s.
De tute consummaciun vi je la fin , Liber psalm. p. 190
Le quinzieme signe dirrai Car de la dolor assez sai, Que li sires del ciel fera, Quant icest signes avendra ; Le non qu'il aura vus dirrom ; ço sera consumacion , Adam, mystère, p. 83
XIIIe s.
Ainsi naist du deable ceste temptacion, Et de nostre charoingne nostre inclinacion, Et de nostre consent la consummacion, Par quoy luxure est mise à execucion , J. DE MEUNG , Test. 1783
XVe s.
Et puis, nous procederons à la consommation de nos promesses , LOUIS XI , Nouv. XCVIII
XVIe s.
Ils attribuoient le commencement et les principaux exploits de ceste guerre à Metellus et les derniers avec la consummation finale à Sylla , AMYOT , Marius, 15
Espagn. consumacion ; ital. consumazione ; du latin consummationem, de consummare, consommer. CONSOMMATION. Ajoutez : 6Farine de consommation, farine que l'on consomme chez soi, par opposition à farine de commerce, celle que l'on vend, Journ. offic. 18 déc. 1876, p. 9491, 2e col.