epanouir

Prononciation : é-pa-nou-ir
Nature : v. a.

1Se dit, en parlant des fleurs et des boutons dont les feuilles, les pétales s'ouvrent et s'étalent. La chaleur épanouit les fleurs.
La jeune plante épanouit ses fleurs odoriférantes avec mille couleurs nouvelles , FÉN. , Tél. IX Fig. La gaieté épanouit le visage. Fig. et familièrement. Épanouir la rate, faire rire, réjouir.
C'est bien là pour lui faire épanouir la rate , TH. CORN. , D. Bertr. de Cigarral, IV, 5
Après nous être égayés tous deux et bien épanoui la rate, je dis au brave : Que ferons-nous de ce riche habillement ? , LESAGE , Gil Blas, x, 10
2S'épanouir, v. réfl. Déployer ses feuilles, sortir du bouton, en parlant d'une plante, d'une fleur. On voit les fleurs s'épanouir. Fig.
Dans cet âge où les charmes commencent à s'épanouir , HAMILT. , Gramm. 7
Faites remarquer aux enfants que la beauté du corps est une fleur qui s'épanouit le matin, et qui est le soir flétrie et foulée aux pieds , FÉN. , t. XVII, p. 57
Comme les fleurs, l'âme s'épanouit , BERNARD , Art d'aimer, ch. II
Son visage s'épanouit, il prend l'aspect de la joie, du contentement. Sa rate s'épanouit, il devient gai.
Sa rate s'est épanouie d'un rire extravagant , SÉV. , 379
3On dit dans le langage anatomique, que des vaisseaux, des fibres s'épanouissent, quand elles divergent l'une de l'autre au même point ou à peu près. 4Être joyeux, radieux.
On s'épanouissait déjà des succès de Vendôme comme d'une communication sûre et établie , SAINT-SIMON , 120, 65
Mon coeur séché d'ennuis, flétri par la tristesse, S'épanouit enfin dans sa pure allégresse , DE BELLOY , Gabr. de Vergy, III, 6
Le coeur de ce chrétien s'épanouissait en parlant de son épouse , CHATEAUB. , Mart. 47
Mais jusqu'à sa dernière aurore En buvant frais s'épanouir, .... Mes amis, ce n'est pas vieillir , BÉRANG. , Vieillesse.
XIIIe s.
Que jà estoit passez yvers, Et l'aube-espine florissoit, Et que la rose espanisoit , Ren. 9662
[Des boutons] Qui s'aprestoient d'espanir , la Rose, 1651
XIVe s.
Doulce fleur espanie, odorable et flairant , Guesclin. 21478
Si advint ceste chose entour la St Jehan, que les bles sont espanoys , Chron. de St Denis, t. II, f° 7, dans LACURNE
XVIe s.
La rondeur de ces joues, où les roses s'espanouissoient en tout temps , YVER , p. 594
Celuy qui espanouit ses ailes en rongnant celles d'autrui, comme estant homme net et sincere sans aucune passion, se fait reputer importun et fascheux , AMYOT , Comment discerner le flatteur de l'ami, 57
Les fleurs tost espanouyes, Tost s'en vont esvanouyes , RONS. , 537
Ha le voici, jà voici la barriere Du jour declose, et le ciel s'espanir , RONS. , 760
Picard, épénir ; de l'ancien français espanir, avec l'intercalation de ou (intercalation inexpliquée jusqu'à présent), comme dans esvanouir pour esvanir. Espanir est une autre forme de espandir, qui est dans le provençal et qui est une autre conjugaison de espandre (voy. ÉPANDRE). Épanouir signifie donc déployer. On trouve en effet espandre pour espanouir : Flor qui s'espant, et feuille qui verdoie, Poésies mss. avant 1300, dans LACURNE.