emetique

Prononciation : é-mé-ti-k'
Nature : s. m.

1Terme de pharmacie. Le tartrate de potasse et d'antimoine, qui a la vertu vomitive.
Il n'avait garde de prendre l'émétique qui l'aurait sauvé , SÉV. , 367
2Par extension, il se dit des autres vomitifs.
La racine de sang appartient à une espèce de plantain ; elle distille une liqueur rouge, violent émétique , CHATEAUBR. , Amér. 60
3Adj. Poudre émétique. Vin émétique, celui dans lequel on a fait infuser du verre d'antimoine.
Vous voyez depuis un temps que le vin émétique fait bruire ses fuseaux [fait du bruit] , MOL. , le Fest. de P. III, 1
Un empirique d'Abbeville guérit le roi [Louis XIV] avec du vin émétique , VOLT. , Louis XIV, 6
Fig. C'est le vin émétique, s'est dit pour ressource extrême.
Il faut que j'aie une conversation avec Sa Majesté ; c'est le vin émétique pour moi , BUSSY-RABUTIN , Lett. citée dans Gaz. méd. de Paris, 13 juin 1863, p. 377
XVIe s.
Les breuvages purgatifs, les emetiques ou vomitoires , PARÉ , XX, 5
Terme grec qui vient d'un verbe se traduisant en français par: vomir (voy. VOMIR).