elider

Prononciation : é-li-dé
Nature : v. a.

Terme de grammaire. Ne pas compter dans un vers une voyelle à la fin d'un mot, devant une autre au commencement du mot suivant, soit que cette voyelle disparaisse entièrement dans la prononciation comme chez nous, Pégase est rétif, soit qu'on l'entende encore, comme en italien glorioso acquisto. Élider se dit aussi quand, dans l'écriture, on supprime une voyelle finale avant un mot qui commence par une autre voyelle. S'élider, v. réfl. Être élidé. Dans s'il, l'i de si s'élide devant il. XIVe s.
Lequel exposant marcha oultre soubz le cop, et ne fut point attaint du fer, mais tant seulement du manche par la teste en eslidant [en glissant] , DU CANGE , elidere.
XVIe s.
On est pardonnable de mescroire une merveille, autant au moins qu'on peult en destourner et elider la verification par voye non merveilleuse , MONT. , IV, 186
Lat. elidere, écraser, de e, et laedere, léser (voy. LÉSER). Le sens de glisser, annuler, que élider a dans l'historique paraît provenir du terme de droit, dans le moyen âge : elidere intentionem, annuler l'intention.