ecureuil

Prononciation : é-ku-reull, ll mouillées, et non é-kureuye
Nature : s. m.

1Petit quadrupède de la famille des rongeurs, vivant sur les arbres.
L'écureuil est un joli petit animal qui n'est qu'à demi sauvage et qui, par sa gentillesse, par sa docilité, par l'innocence de ses moeurs, mériterait d'être épargné , BUFFON , écureuil. Figurément. C'est un écureuil, il est vif comme écureuil, se dit d'un jeune homme vif et qui tient à peine en place.
Je suis flexible comme une aiguille et vif comme un lézard, et travaillant toujours comme un écureuil , VOLT. , Lett. d'Argental, 22 oct. 1759
2Écureuil jappant, nom vulgaire du cynomys social (rongeurs). Écureuil volant, nom vulgaire collectif des genres pteromys et sciuroptère (rongeurs).
L'écureuil volant, qui a de grands rapports avec l'écureuil commun, se rapproche beaucoup moins de l'oiseau par l'action de voler que la chauve-souris , BONNET , Contempl. nat. 3e part. ch. 28
3Nom de plusieurs poissons et d'un papillon de nuit. XIIIe s.
Atant es-vos Rossel venu, L'escurel au peliçon rox , Ren. 23333
Vair, escuriaus, lievres, counins, chevrel.... doivent, les XXV piaus, obole de tonlieu , Liv. des mét. 324
Me garantist et cors et teste, Forré d'agniaus, cist miens buriaus, Comme pers forré d'escuriaus , la Rose, 9116
Soyés es euvres natureus Plus vistes que uns escureus , ib. 19892
XVIe s.
Là je voi l'escurieu, qui, faisant jà du sage, Sans contempler le ciel, le temps futur presage , DUBARTAS , dans MÉNAGE
Berry, écurieux ; wallon, spirou ; Ardennes, skiron, écuran ; provenç. escurol ; espagn. et portug. esquilo ; ital. scojattolo ; bas-lat. squiriolus, scuriolus ; du latin sciurus, en grec, le terme vient des mots ombre et queue : l'animal qui se fait de l'ombre avec sa queue. Le wallon spirou a son correspondant dans le bas-lat. esperiolus ; ce qui montre que le sc latin peut se changer en sp. ÉCUREUIL. Ajoutez : 4Mettre les écureuils à pied, couper les arbres, EUG. ROLLAND, Faune populaire, Paris, 1877, p. 66.