ecourter

Prononciation : é-kour-té
Nature : v. a.

1Couper trop court. Écourter un manteau. 2Couper la queue, les oreilles, en parlant des animaux. Écourter un cheval, un chien. 3Fig. Abréger trop, en parlant d'un ouvrage d'esprit. L'auteur a écourté cette scène de sa comédie. Il se dit aussi d'autre chose que les ouvrages d'esprit. Nous avons écourté notre voyage. 4S'écourter, v. réfl. Être trop abrégé. Une scène si importante n'aurait pas dû s'écourter. XIIe s.
La couele e l'estamine out dessuz cel [sous cela] li ber, Mais de pans e de manches les out fait escurter ; Car ne voleit al siecle sa vie demustrer , Th. le mart. 156
Mais le jur de Noel, quant il out sermoné, De saint iglise aveit Robert del Broc sevré [séparé], Qui, l'autre jur devant, li out fait tel vilté, Qu'il li out sun sumier [cheval] de la coue [queue] escurté , ib. 131
Wallon, chorter ; provenç. escortar ; ital. scortare ; du latin excurtare, de ex, et curtus, court. À côté d'escourter, il y avait dans l'ancienne langue escourcier, escourcer, verbe très usité ; catal. escursar ; espagn. escorsar, qui, au fond étant le même que écourter, représente pourtant une forme un peu différente : bas-lat. ex-curtiare.