eclipser

Prononciation : é-kli-psé
Nature : v. a.

1Intercepter la lumière d'un astre. La lune éclipse le soleil. La terre éclipse la lune. 2Obscurcir, faire disparaître.
La nuit n'a pas encore éclipsé la lumière , M. J. CHÉNIER , Tib. III, 4 Fig.
À la faveur de ces éminences, on éclipse une des trois vertus théologales , BOSSUET , Nouv. myst. 10
3Surpasser, effacer. Corneille éclipsa tous ses prédécesseurs.
Leurs traits sont peu réguliers ; mais, si elles ne sont pas belles, elles ont de la physionomie qui supplée à la beauté et l'éclipse quelquefois , J. J. ROUSS. , Hél. II, 21
Toutes les sciences sont sujettes à ces révolutions ; la gloire de l'auteur d'une découverte éclipse celle des savants qui l'ont préparée et ne leur laisse de droits qu'à la reconnaissance publique , CONDORCET , Duhamel.
Il [Walter Raleigh] avait une passion extrême pour tout ce qui avait de l'éclat, une réputation qui éclipsait les plus grands noms.... , RAYNAL , Hist. phil. XIII, 6
4S'éclipser, v. réfl. Disparaître derrière un corps. Le soleil s'éclipse derrière la lune. Avec ellipse du pronom se.
Un accident pareil Devrait faire d'horreur éclipser le soleil , MAIR. , Solim. V, 11
5Disparaître à la dérobée.
Que fait-il ? il s'éclipse, il part , LA FONT. , Pet. chien.
Quoi ! le seigneur Ésope en croit donc être quitte, Pour m'avoir en passant daigné rendre visite ; Et son zèle se borne à me voir une fois, Après s'être éclipsé pendant cinq ou six mois , BOURSAULT , Ésope à la cour, I, 4
Il s'aperçut bien à la surprise qu'on fit paraître, que l'on n'ignorait pas pourquoi il s'était éclipsé , LESAGE , Diab. boit. 20
Stanislas [Leczinsky] s'était éclipsé de son armée , VOLT. , Charles XII, 7
À la veille, morbleu, d'avoir un régiment, Planter là l'univers, s'éclipser brusquement, Quitter Londre et la cour pour sa maudite terre ! , GRESSET , Sidnei, I, 1 Il se dit aussi des choses qui disparaissent. Je croyais mettre la main sur ce livre ; mais il s'est éclipsé. L'argent s'éclipse vite au jeu.
6Être effacé, perdre de sa puissance, de son crédit.
Tel brille au second rang qui s'éclipse au premier , VOLT. , Henr. I
XIIIe s.
C'est l'amor qui vient de fortune, Qui s'esclipse comme la lune, Que la terre obnuble et enumbre , la Rose, 4800
XVe s.
De vivre toute policie.... lors estoit toute esclipcie, S'Aristote n'y eust ouvré, Qui a, par son sens, recouvré Le peuple de vivre à raison , EUST. DESCH. , Poés. mss. dans LACURNE
Lune et soleil seront souvent esclipst , ib.
XVIe s.
Il s'en alla la queue entre les jambes, et s'esclipsa , PARÉ , III, p. 694
Il advint que le soleil eclipsa soudainement, et le jour faillit , AMYOT , Péricl. 67
Éclipse ; provenç. eclipsar, eclipciar ; espagn, eclipsar ; ital. ecclissare.