echappatoire

Prononciation : é-cha-pa-toi-r'
Nature : s. f.

Excuse frivole, subterfuge pour s'échapper, pour sortir d'embarras.
Honorable défaite ! heureuse échappatoire ! Encores derechef me la fallut-il boire , RÉGNIER , Sat. VIII
Expliquer d'une manière qui lui laissât quelque échappatoire , BOSSUET , Var. 4
Si nous les pressons de nous montrer une église de leur croyance, toujours visible, ils se préparent une échappatoire , BOSSUET , ib. 15
Mme la duchesse se mit à appeler Mme de Chartres mignonne ; monsieur le sut, il en sentit le ridicule et l'échappatoire de l'appeler madame, et il éclata , SAINT-SIMON , 24, 15
XVe s.
Quant au second point [l'esclave chrétien livré au soudan], Jacques Cueur dit qu'il ne savoit ni avoit sceu rien de son eschappatoire [fuite] ni de sa reddition , MATH. DE COUCY , Hist. de Charles VII, p. 692, dans LACURNE
Nenny, il soit à mort jugé ; Ce n'est rien qu'un eschapatore [la demande du baptême], Et pourroit faire pis encore Qu'oncques ne fist... , Hist. du Théâtre fr. t. IV, p. 371, dans LACURNE
XVIe s.
Ils repliqueront que .... qui [ce qui] est un autre eschapatoire ramasse en l'eschole des sophistes, lequel est de nulle valeur , LANOUE , 75
Ce que d'autres objectent, que.... est aussi bien une evasion eschappatoire , CALV. , Instit. 1070
Si elles [les plaies] s'empirent demain, demain nous y pourvoirons d'aultres eschappatoires , MONT. , IV, 276
Échapper, avec la finale atoire, au lieu de oire, justifiée par le bas-latin excapatum, supin de excapare.