ecarquiller

Prononciation : é-kar-ki-llé, ll mouillées, et non é-kar-ki-yé
Nature : v. a.

1Ouvrir d'une manière ridicule. Écarquiller les yeux.
M'as-tu de tes gros yeux assez considéré ? Comme il les écarquille et paraît effaré ! , MOL. , Amph. III, 2
Les spectateurs, dans une nuit profonde, Écarquillaient leurs yeux et ne pouvaient rien voir , FLORIAN , Fables, Lanterne magique. Écarter d'une manière ridicule. Écarquiller les jambes.
Ses deux jambes écarquillant , SCARR. , Virg. trav. II
2S'écarquiller, v. réfl. Ses yeux, ses jambes s'écarquillent. XVIe s.
Riclet, qui connoissoit son maistre, prit sa chemise entre les dents, escarquille les ongles, et tournant les yeux en la teste avec un grand bruit.... , D'AUB. , Faen. III, 24
Les malades ont les narilles escarquillées et la face horrible à voir , PARÉ , VI, 2
Ses yeulx sont si très esquarquillez de force de boyre, qu'il les a aussi rouges qu'ung furon [furet] , PALSGR. , p. 457
Escarquille toy, et je chasserai ces brebis entre tes jambes , PALSGR. , p. 738
Le Berry dit quarquille, un lobe, une cuisse de noix, de quartier, prononcé quarquié. Est-ce là l'origine d'é-quarquiller ? ou bien, comme on a prononcé aussi écartiller, écarquiller doit-il être considéré comme le même que écartiller, qui se rapprocherait sans peine de écarteler ?