eblouissement

Prononciation : é-blou-i - se - man
Nature : s. m.

1Trouble de la vue causé par une éclatante lumière.
C'est une lumière et comme un éblouissement qui les gêne , MASS. , Av. Épiph. Éblouissement solaire, état de la vue quand, sortant du grand jour où nous voyions très bien, nous descendons dans une cave et y sommes d'abord aveuglés. Trouble de la vue causé par quelque incommodité, telle qu'une congestion cérébrale.
Il m'a pris tout à coup des éblouissements , TRIST. , M. de Chrispe, III, 4
2Fig.
La grande estime que nous avons pour quelques prédicateurs peut venir de notre éblouissement et de notre illusion , BALZAC , dans RICHELET
Quoiqu'il ne soit pas certain que le coeur ait part à tous les éblouissements de l'esprit , NICOLE , Essais, t. VIII, 2e partie, p. 77, lettre XI, dans POUGENS.
Descartes ne parle pas de l'effroi qui provient d'un éblouissement de notre esprit au sujet d'un objet épouvantable , BERN. DE ST.-P. , Harm. v.
XVIe s.
Il lui prenoit un esblouissement d'yeulx, et un tournoyement de teste, soudain qu'il entendoit le son des trompettes , AMYOT , Arat. 36
Éblouir.