VILLEROY

Citations

Pour la religion que les dits de Berne ont mise au plus [ont fait prévaloir] dans un bailliage qu'ils ont en commun avec ceux de Fribourg ; ce qu'ils pretendent leur estre permis par leur combourgeoisie, Mém. t. VI, p. 37, dans LACURNE dans COMBOURGEOISIE
Que la loy qui regardoit la conservation de la religion catholique, apostolique et romaine en ce roiaume, estoit la souveraine qui avoit jetté les fondemens de sa grandeur et l'avoit fait reluire par dessus tous autres empires ; de consequent, que les autres loix lui devoient ceder comme inferieures, Mém. t. VI, p. 380, dans LACURNE dans CONSÉQUENT
Estant nos villes pauvres et troublées comme elles sont, nos gens de guerre mal creez et disciplinez, Mém. t. II, p. 206, dans LACURNE dans CRÉER
Je ferois moins de doute de la volonté du pape à nous assister en ceste occasion que de celle du roy catholique ; car sa Sainteté s'est déjà laissé entendre [a donné à entendre] qu'il falloit choisir un prince du sang catholique pour beriter du royaume, après le decès de M. le cardinal de Bourbon, Mém. t. II, p. 170, dans LACURNE dans ENTENDRE
Les estats de l'Empire qui sont sous la confession d'Ausbourg, appellez autrement evangeliques, Mém. t. VI, p. 7, dans LACURNE dans ÉVANGÉLIQUE
C'est un tresor où je ne cherche jamais à faute [en vain], Mém. t. III, p. 46, dans LACURNE dans FAUTE
Inexperience, Mém. t. I, p. 134, dans LACURNE dans INEXPÉRIENCE
Prenant un matin son chemin par une grande laie de la forest de Lafère, Mém. t. V, p. 79, dans LACURNE dans LAIE
On dit en commun proverbe qu'il ne faut pas remuer l'ordure, qu'elle ne fasse apparoistre sa mauvaise odeur, Mém. t. II, p. 304, dans LACURNE dans ORDURE
La cavallerie estoit mieux en ordre que le reste ; mais, après avoir fait montre et parade en l'armée du duc, elle se defit incontinent, et ne servit quasi de rien, Mém. t. I, p. 288, dans LACURNE dans PARADE
Je fus en doute si j'en avertirais ledit sieur du Plessis ou non, craignant qu'il prît en très mauvaise part non-seulement les demandes portées par lesdites dépêches, mais aussi que j'en fusse le parrain, Mém. t. I, p. 364, dans LACURNE dans PARRAIN
Affaire perplexe, Mém. t. VII, dans LACURNE dans PERPLEXE
Serait Sa Majesté bien aise que desdits huit mille hommes de pied, il y en eût six mille de guerre, et deux mille en qualité de petits soldats pour servir de pionniers, Mém. t. IV, p. 206 dans PETIT, ITE
Ils sont si bas de poil que c'est pitié, ils ont esté tant battus...., Mém. t. III, p. 25, dans POUGENS dans POIL
Le jour commençoit à faillir, telles longueurs procedant des difficultez que faisoient les capitaines estrangers d'aller à l'assaut, encore qu'ils eussent obtenu la pointe [la tête de l'attaque], au grand deplaisir des François, Mém. t. II, p. 140, dans LACURNE dans POINTE
Une poste volante [courrier dépêché en toute diligence], Mém. t. VII, p. 349, dans LACURNE dans POSTE
Tant de sang chrétien prodigalement répandu en ces derniers siècles, par tout l'univers, Mém. t. V, p. 245, dans LACURNE dans PRODIGALEMENT
Nous prions le Createur qu'il vous vueille bienheurer, et prosperer vos bonnes et saintes entreprises, Mém. t. VI, p. 293, dans LACURNE dans PROSPÉRER