François L'Hermite, sieur du Soliers, dit TRISTAN L'HERMITE (1601 - 1655)

Citations

Le temps me peut abolir avant eage, Et mon malheur me garder de vous voir Beaucoup de jours, 174 dans ABOLIR
Ci dessous git estendue et couchée, Une qu'amour si bien vaincue avoit, Que plusieurs fois elle en fust accouchée ; Mais c'estoit mal dont elle relevoit, 197 dans ACCOUCHER
Je connais Marianne, et sais qu'elle est trop sage Pour s'être abandonnée à tenir ce langage, Marianne, I, 3 dans ABANDONNER
Le beau fil de tes jours ne peut être accourci, Mariane, III, 3 dans ACCOURCIR
L'indulgence d'Auguste en fait l'accroissement [de ce mal], Mort de Chrisp. IV, 1 dans ACCROISSEMENT
Essayons de lui faire acquitter sa promesse, M. de Chrisp. IV, 10 dans ACQUITTER
Seigneur, s'il vous plaisait d'entendre ma défense, Possible que l'excuse amoindrirait l'offense, M. de Chrispe, V, 2 dans AMOINDRIR
Que l'amour qu'elle a prise et qu'elle m'a ravie, Lui serve d'antidote et de contre-poison, Mort de Chrispe, V, 1 dans ANTIDOTE
Ces apparitions sont comme les images...., Mariane, I, 2 dans APPARITION
La source est à chercher plutôt que les ruisseaux ; Il faut s'en prendre à l'arbre et non pas aux rameaux, M. de Chrispe, IV, 11 dans ARBRE
Pour vous éterniser sous ces arcs glorieux Qu'une savante main taille aux victorieux, M. de Chrispe, I, 3 dans ARC
Et ses yeux qui brillaient sous un front assuré Éclataient à l'envi de son armet doré, M. de Chrispe, I, 3 dans ARMET
Craindre un ennemi seul atterré par tes mains, M. de Chrispe, II, 6 dans ATTERRÉ, ÉE
Qu'on ne m'en parle plus, la chose est résolue. - Seigneur, considérez. - C'est en vain battre l'air, M. de Chrispe. II, 6 dans BATTRE
À son cours violent je veux ouvrir la bonde, Panthée, V, 7 dans BONDE
Je vais donner le branle et pousser à la roue, Marianne, II, 4 dans BRANLE
Quel colosse de bronze et taillé doctement...., M. de Chrispe, I, 3 dans BRONZE
Je m'en sens tour à tour et brûler et glacer, Mort de Chrispe, I, 1 dans BRÛLER
Les charges, les emplois, et le bien et le mal Passent par cette main, coulent par ce canal, Mort de Chrispe, IV, 11 dans CANAL
Sa haine contre vous n'aurait jamais de cesse, M. de Chrispe, II, 5 dans CESSE
Un regard tout chargé des traits de la pitié, Mariane, II, 4 dans CHARGÉ, ÉE
La plus belle vie.... D'un prompt coup de ciseau se voit souvent tranchée, Mort de Chrispe, III, 1 dans CISEAU
Je vous pardonnerai de bon coeur tout ce crime, M. de Chrispe, III, 4 dans COEUR
Détester en pleurant votre peu de conduite, Mort de Chrispe, IV, 1 dans CONDUITE
Conseillez-vous-en donc avec des gens de bien, M. de Chrispe, III, 2 dans CONSEILLER
Ne m'importune plus, conseillère indiscrète, Mariane, V, 1 dans CONSEILLER, ÈRE
Et lui du même temps, par une erreur extrême, Pour nous contrarier est contraire à lui-même, M. de Chrispe, III, 3 dans CONTRARIER
Elle n'est plus vivante ! - Quoi ! si tôt ? par le feu, le fer ou le cordeau ?, Mort de Chrispe, V, 10 dans CORDEAU
Il coulera du temps avant qu'il s'établisse, M. de Chrispe, IV, 11 dans COULER
Non, je ne veux plus voir à tous coups hasardé, Un si grand différend par le sort décidé, Mort de Chrispe, II, 6 dans COUP
Un courrier dépêché porte cette nouvelle, M. de Chrispe, IV, 2 dans COURRIER
Mon âme est de merveille également saisie Et de sa diligence et de sa courtoisie, Panthée, III, 8 dans COURTOISIE
L'étroite parenté leur sert de couverture, Mort de Chrispe, II, 2 dans COUVERTURE
Tu crèveras bientôt du venin que tu jettes, Mort de Chrispe, IV, 7 dans CREVER
Toute l'horreur du crime a sa source dans l'âme, Mort de Chrispe, II, 1 dans CRIME
Aimant mieux étouffer leurs mécontentements Que d'en faire à son dam des éclaircissements, Panthée, III, 1 dans DAM
Ces lâches Lydiens, nourris dans l'abondance, Parmi les jeux, l'amour, les festins et la danse, Panth. IV, 2 dans DANSE
De moi, je fus touché de voir tant de valeur, Mort de Chrispe, I, 3 dans DE
Il faut débattre encore une palme gagnée, Mort de Chrispe, III, 2 dans DÉBATTRE
Débile secours, Panthée, II, 3 dans DÉBILE
Ô cieux ! déjà ma vue en est débilitée, Mort de Chrispe, V, 4 dans DÉBILITÉ, ÉE
Madame, c'est Araspe, ou mon oeil me déçoit, Panthée, II, 2 dans DÉCEVOIR
L'avis à déchiffrer est si fort difficile, Mariane, I, 3 dans DÉCHIFFRER
Et d'un trait décoché j'en ai vengé la perte, Mort de Chrispe, III, 1 dans DÉCOCHÉ, ÉE
Et des traits infinis qu'ils ont pu décocher, Ce n'est que par hasard qu'ils ont blessé des nôtres, Panthée, I, 1 dans DÉCOCHER
Le sang qu'on perd en abondance Fait ordinairement tomber en défaillance, Panthée, V, 1 dans DÉFAILLANCE
La force lui défaut et le teint lui pâlit, Marianne, V, 3 dans DÉFAILLIR
.... Dans la défaveur et l'abandonnement, Mariane, IV, 5 dans DÉFAVEUR
Nos titres sont trop beaux, ne nous dégradons point, M. de Chrispe, I, 1 dans DÉGRADER
Vous avez fait la femme en voulant vous venger ; Faites la déité [montrez-vous déesse], le sauvant du danger, Panthée, III, 1 dans DÉITÉ
Il y boit à longs traits d'un nectar délectable, Panthée, V, 3 dans DÉLECTABLE
Qu'on me l'attache bien, de peur qu'il se délie, M. de Chrispe, V, 10 dans DÉLIER
[Il] Fit ferme longtemps et puis se démentit, M. de Chrispe, I, 3 dans DÉMENTIR
Et l'univers n'est point encore démoli, Mariane, V, 3 dans DÉMOLI, IE
Un courrier dépêché porte cette nouvelle, M. de Chrispe, IV, 2 dans DÉPÊCHÉ, ÉE
Je crois qu'on ne voit rien dans mes déportements Qui puisse mériter ces mauvais traitements, Marianne, II, 2 dans DÉPORTEMENT
De mémoire, en ce lieu, vous semblez dépourvue, Panthée, IV, 1 dans DÉPOURVU, UE
En ce discours dépourvu de science, M. de Chrispe, IV, 1 dans DÉPOURVU, UE
Elle a l'esprit léger et le goût dépravé, Panthée, I, 1 dans DÉPRAVÉ, ÉE
Constance dans son sang pourra désaltérer Cette brûlante soif qui nous fait soupirer, M. de Chrispe, IV, 7 dans DÉSALTÉRER
Mais l'invincible amour qui joint leurs coeurs ensemble Ne permettra jamais que rien les désassemble, Panthée, II, 1 dans DÉSASSEMBLER
Ils en eussent reçu moins de désavantage, Panthée, I, 1 dans DÉSAVANTAGE
Tout à l'heure en deux mots elle m'a fait juger Qu'elle va voir le roi pour le désobliger, Mariane, II, 4 dans DÉSOBLIGER
Rien ne peut égaler l'ennui qui la désole, M. de Chrispe, I, 3 dans DÉSOLER
Ses troupes là-dessus ont été dispersées Pour rompre dès l'abord ces pointes avancées, Panthée, V, 1 dans DESSUS
Là-dessus un grand cri tout autour s'entendit, Mariane, V, 2 dans DESSUS
Je devais t'estimer par-dessus toutes choses, Mariane, I, 3 dans DESSUS
De tout autre intérêt vos pleurs m'ont détaché, Mort de Chrispe, IV, 1 dans DÉTACHER
Son âme dans le crime est toujours occupée, Ce n'est que de la boue en du sang détrempée, Panthée, I, 4 dans DÉTREMPÉ, ÉE
Eh bien ! je prends sur moi la dette tout entière, Mort de Chrispe, I, 3 dans DETTE
C'est toujours par-devant qu'ils se trouvent blessés, Panthée, IV, 2 dans DEVANT
L'excès de sa douleur dévore sa parole [l'intercepte], M. de Chrispe. I, 3 dans DÉVORER
Ce prince était dévot, généreux, équitable, Panthée, I, 4 dans DÉVOT, DÉVOTE
Le plus beau diamant qui brille à ma couronne, M. de Chrispe, IV, 7 dans DIAMANT
Au moins rien de honteux ne nous diffamera, M. de Chrispe, II, 1 dans DIFFAMER
Ne me diffère point la peine qui m'est due, Mariane, V, 2 dans DIFFÉRER
Allez diligemment vous saisir de ce traître, Mariane, III, 3 dans DILIGEMMENT
Un démon diligent qui sans cesse regarde Les dépôts que le ciel a commis à sa garde, Mariane, IV, 1 dans DILIGENT, ENTE
[Il] Le traversa d'un dard par un jaloux ennui De le voir plus dispos et plus léger que lui, Panthée, I, 4 dans DISPOS
Assez distinctement on me l'a fait entendre, Mort de Chrispe, IV, 2 dans DISTINCTEMENT
Bannissant la tristesse, ordonnez à vos sens De vous entretenir d'objets divertissants, Panthée, II, 2 dans DIVERTISSANT, ANTE
Quel colosse de bronze et taillé doctement, Mort de Chrispe, I, 3 dans DOCTEMENT
Je ne vous dirai point comment les miens donnèrent, Mort de Chrispe, I, 3 dans DONNER
Il faut remettre encor le harnais sur le dos, Mort de Chrispe, III, 2 dans DOS
Je me doute à peu près quel est le gouverneur, Panthée, I, 4 dans DOUTER
Il m'a pris tout à coup des éblouissements, M. de Chrispe, III, 4 dans ÉBLOUISSEMENT
J'ai gagné depuis peu le premier échanson, Mariane, II, 3 dans ÉCHANSON
Nous saurons éclairer jusqu'au fond de son âme, M. de Chrispe, II, 2 dans ÉCLAIRER
Constance deviendra l'espion de Licine, Et, l'éclairant de près, fera toujours savoir...., M. de Chrispe, I, 3 dans ÉCLAIRER
Et par tout l'univers sa lumière [du soleil] éclipsée, Mariane, V, 2 dans ÉCLIPSÉ, ÉE
Le coeur ingrat de ce héros Braverait l'effort de mes larmes Comme un superbe écueil brave celui des flots, M. de Chrispe, II, 1 dans ÉCUEIL
Quoi Chrispe rira donc avec cette effrontée Du plaisir qu'elle a pris à m'avoir irritée ?, M. de Chrispe, IV, 7 dans EFFRONTÉ, ÉE,
Pour nous égaler ceux que nous avons soumis, M. de Chrispe, III, 6 dans ÉGALER
Sa douce exhalaison ne forme que des roses, Des objets égayés et d'agréables choses, Mariane, I, 2 dans ÉGAYÉ, ÉE
Je le perds, il suffit, ma fierté s'en élève, Mariane, I, 1 dans ÉLEVER
Bref, voyant qu'il osait ainsi s'émanciper, à la fin j'ai levé le bras pour le frapper, Mariane, I, 3 dans ÉMANCIPER
Je veux, comme il souhaite, embrasser la douceur, M. de Chrispe, II, 7 dans EMBRASSER
Nous allons dans le champ prendre nos avantages, Des éminents endroits nous saisir promptement, Panthée, IV, 3 dans ÉMINENT, ENTE
La mort émoussera tous ces piquants propos, Mariane, III, 2 dans ÉMOUSSER
Ayant ému les flots, apaisez la tempête, Panthée, III, 1 dans ÉMOUVOIR
Il s'emportait parfois d'une noble insolence, M. de Chrispe, I, 3 dans EMPORTER
[Il] va de sa part enchanter ses ennuis, M. de Chrispe, II, 2 dans ENCHANTER
Ta mort pour me déplaire enchérit sur ta vie, Mort de Chr. V. 5 dans ENCHÉRIR
Et mon âme est encline où le péril est grand, M. de Chrispe, II, 1 dans ENCLIN, INE
Je ne puis encourir de honte ni de blâme, Panthée, II, 1 dans ENCOURIR
Le harnais éclatant qu'il avait endossé, Panthée, II, 2 dans ENDOSSER
Ah ! sortez promptement, engeance de vipère, Mort de Chrispe, IV, 4 dans ENGEANCE
L'homme faible et léger.... S'enivre de faveur comme on le fait de vin, Panthée, III, 5 dans ENIVRER
Lorsque l'on veut choquer un puissant ennemi, Mariane, IV, 1 dans ENNEMI, IE
Allons nous enquérir du cours de son destin, Mariane, v, 1 dans ENQUÉRIR (S')
Il est ensorcelé, le charme est tout visible, Mariane, I, 3 dans ENSORCELÉ, ÉE
En tous ses sentiments elle est assez entière, Mort de Chrispe, II, 3 dans ENTIER, IÈRE
Et de votre penser chassez les déplaisirs Qui font entrecouper votre voix de soupirs, M. de Chrispe, II, 3 dans ENTRECOUPER
Ce mal envenimé résiste à la raison, Mariane, I, 3 dans ENVENIMÉ, ÉE
Et ses yeux qui brillaient sous son front assuré Éclataient à l'envi de son armet doré, M. de Chrispe, I, 3 dans ENVI (À L')
L'envie avec sa trahison, M. de Chrispe, III, 1 dans ENVIE
Une haine envieillie en un coeur déloyal, M. de Chrispe, IV, 1 dans ENVIEILLI, IE
Pour ce trait de douceur le nom de Constantin S'épandra désormais du couchant au matin, M. de Chrispe, I, 3 dans ÉPANDRE
J'ai couru vers les lieux où le bruit s'épandait, Mariane, I, 3 dans ÉPANDRE
[Elles] S'en vont bientôt changer nos épines en roses, M. de Chrispe, IV, 4 dans ÉPINE
Il a pris l'épouvante et la voudrait donner à ceux que les périls ne peuvent étonner, Panthée, IV, 2 dans ÉPOUVANTE
Que je raffermirai votre fortune errante, M. de Chrispe, II, 3 dans ERRANT, ANTE
Mais ce ne sera pas sans vous faire escorter De dix mille des miens, Panthée, v, 5 dans ESCORTER
Infidèle espionne et mauvaise interprète, Marianne, v, 1 dans ESPION, ONNE
Des esprits bienheureux la troupe l'environne, Mariane, v, 3 dans ESPRIT
Mais les meilleurs esprits font des fautes extrêmes, Mariane, v, 3 dans ESPRIT
Pour vous éterniser sous ces arcs glorieux Qu'une savante main taille aux victorieux, Mort de Chrispe, I, 3 dans ÉTERNISER
Et comme sans mesure il veut toujours monter, Son étourdissement le fait précipiter, Panthée, III, 5 dans ÉTOURDISSEMENT
Ces soleils sont parfois longtemps à se lever, M. de Chrispe, IV, 2 dans ÊTRE
Mes bienfaits l'ont étreint d'une chaîne éternelle, Panthée, I, 1 Quand les chaîne d'hymen étreignent deux esprits, MAIR. Sophon. IV, 1 dans ÉTREINDRE
Serre encore ces noeuds d'une étreinte plus forte, M. de Chrispe, v, 10 dans ÉTREINTE
Ton piége est découvert, ta mine est éventée, Mariane, III, 2 dans ÉVENTÉ, ÉE
L'alarme vient trop tard, en vain on s'évertue, Panth. II, 3 dans ÉVERTUER (S')
Ici l'exact refus fait montre d'amitié, M. de Chrispe, III, 2 dans EXACT, ACTE
[Il] Tenait exactement ce qu'il avait promis, Panthée, I, 4 dans EXACTEMENT
Et lors l'exécuteur, la voyant ainsi prête, D'un prompt éclair d'acier lui fit voler la tête, Mariane, V, 2 dans EXÉCUTEUR, TRICE
Vous direz quelque jour que ce trait exemplaire Était pour votre État un mal fort nécessaire, Mariane, V, 2 dans EXEMPLAIRE
Étant accoutumés à coucher sur la terre, à s'exercer beaucoup, à manger sobrement, Panthée, IV, 2 dans EXERCER
Licine à la campagne exprimait tant d'audace...., M. de Chrispe, I, 3 dans EXPRIMER
On ne l'a point revu sur la face de l'eau, M. de Chrispe, v, 6 dans FACE
Que l'on aille égorger ce fâcheux orateur, Mariane, III, 5 dans FÂCHEUX, EUSE
Il doit lancer contre elle un trait de ma façon, Mariane, II, 3 dans FAÇON
Le plaisir de bien faire est un plaisir céleste, Mort de Chr. II, 6 dans FAIRE
Ils enflamment les airs de fascines brûlantes, Panthée, V, 1 dans FASCINE
Je vais faire passer la faux sous cette fleur, M. de Chrispe, IV, 7 dans FAUX
Faites marcher contre eux des Scythes, des Gelons, Et, s'il se peut encor, des monstres plus félons, Marianne, V, 2 dans FÉLON, ONNE
Les enfers vont s'ouvrir et la terre se fend, Herc. mour. III, 5 dans FENDRE
Mon coeur à ce discours se fend par la moitié, Marianne, v, 2 dans FENDRE
[Il] Fit ferme quelque temps et puis se démentit, M. de Chrispe, I, 3 dans FERME
Je fis soudain trancher le beau fil de sa vie, Mariane, II, 1 dans FIL
Il est juste, seigneur, que vous goûtiez la joie De rétablir des jours filés d'or et de soie, M. de Chrispe, II, 6 dans FILÉ, ÉE
Après qu'elle eut fait part de quelques pierreries à ses filles d'honneur qu'elle a le plus chéries, Mariane, V, 2 dans FILLE
Et le flambeau du monde achève sa carrière, Mariane, V, 2 dans FLAMBEAU
Le flegme humide et froid, s'élevant au cerveau, Y vient représenter des brouillards et de l'eau, Mariane, I, 2 dans FLEGME
Tu verras des flots d'or rouler dans ta maison, M. de Chrispe, IV, 2 dans FLOT
Je le repousserai d'un air qui fera foi Qu'on ne doit pas manquer de respect à son roi, Mariane, II, 5 dans FOI
[Elle].... fortifie en toi cette inclination, Panthée, III, 3 dans FORTIFIER
La fortune est changeante, M. de Chrispe, I, 3 dans FORTUNE
Surtout quand à nos yeux la fortune se montre...., ib. IV, 2 dans FORTUNE
L'homme à qui la fortune a fait des avantages, Mariane, I, 3 dans FORTUNE
Ainsi que l'on pardonne aux fous, Panthée, III, 1 dans FOU ou FOL, FOLLE
Il fournira pour lui d'excuse légitime, Panthée, III, 1 dans FOURNIR
Si nous devions un jour devenir frères d'armes, Panthée, I, 4 dans FRÈRE
Combattre avec les miens au front de la bataille, Panthée, IV, 3 dans FRONT
Son visage était gai, sa bouche était vermeille, Panthée, II, 2 dans GAI, GAIE
Ce qu'écrit le destin ne peut être effacé.... De ses piéges secrets on ne peut s'affranchir, Nous y courons plus droit en pensant les gauchir, Marianne, I, 3 dans GAUCHIR
Pour rendre un discours agréable, Avec le ton de voix le geste est désirable, Panthée, II, 3 dans GESTE
Je m'en vais me conduire entre des précipices, Dans un sentier glissant, Mariane, II, 4 dans GLISSANT, ANTE
....Son esprit veut être gourmandé, Mariane, V, 3 dans GOURMANDÉ, ÉE
Il faut bon gré mal gré que l'âme résolue Suive ce qu'a marqué sa puissance absolue, Mar. I, 3 dans GRÉ
Le sein gros de soupirs et tout trempé de pleurs, M. de Chrispe, III, 1 dans GROS, OSSE
Je dois craindre Licine, il est homme de guerre, M. de Chrispe, II, 7 dans GUERRE
L'amour paraît de l'autre [côté], entouré de délices ; Et la guirlande qu'il me tend Éclate sur des précipices, M. de Chrispe, II, 1 dans GUIRLANDE
Il faut remettre encor le harnois sur le dos, M. de Chrispe, III, 2 dans HARNAIS ou HARNOIS
Hâte-le de subir cette juste ordonnance, Mort de Chrispe, V, 8 dans HÂTER
Je tiens qu'il faut un peu lui tenir la main haute, Afin que son esprit reconnaisse sa faute, M. de Chrispe, IV, 1 dans HAUT, AUTE
Ainsi mon vol hautain attend un sort funeste, Panthée, II, 3 dans HAUTAIN, AINE
Ici son insolence est un peu réprimée ; Assez hautainement je me suis exprimée, M. de Chrispe, IV, 3 dans HAUTAINEMENT
On ne voit guère plus de javelles pressées Que j'ai vu contre moi de piques hérissées, Mariane, I, 3 dans HÉRISSÉ, ÉE
Constance héroïque, Panthée, IV, 1 dans HÉROÏQUE
L'homme faible et léger sans un secours divin, Panthée, III, 5 dans HOMME
Cet amant fortuné, ce prodige en bonheur Pour dernier avantage est mort au lit d'honneur, Panthée, V, I dans HONNEUR
Amour, divin auteur de mes impatiences, Panthée, II, 1 dans IMPATIENCE
Il a fait contre moi mille imprécations, Mariane, I, 3 dans IMPRÉCATION
Penser impudique, Panthée, IV, 1 dans IMPUDIQUE
Il est inaccessible au vice, Panthée, IV, 1 dans INACCESSIBLE
Des soldats incapables de peur, Panthée, IV, 2 dans INCAPABLE
J'ai longtemps contemplé l'inconstance des choses, M. de Chrispe, III, 1 dans INCONSTANCE
Ô faiblesse indicible !, Mariane, I, 3 dans INDICIBLE
Si la bonté du ciel ou l'humaine prudence Ne font passer ailleurs la maligne influence, M. de Chrispe, III, 1 dans INFLUENCE
Un ami du désordre, un infracteur des lois, Panthée, III, 6 dans INFRACTEUR
Penser ingénu, Marianne, II, 4 dans INGÉNU, UE
Jusqu'ici notre peine est une peine ingrate, Panthée, I, 1 dans INGRAT, ATE
Ce malheureux vieillard inhabile à régner, Mariane, IV, 1 dans INHABILE
On vient m'injurier, puis soudain on m'apaise, M. de Chrispe, III, 5 dans INJURIER
L'innocence partout peut avoir des témoins, Mariane, II, 2 dans INNOCENCE
Rigueur insigne, Mariane, II, 2 dans INSIGNE
J'ai promené mes yeux Sur l'instabilité qu'on trouve sous les cieux, M. de Chrispe, III, 1 dans INSTABILITÉ
Et bien qu'intéressé dans la gloire de Rome, M. de Chrispe, I, 3 dans INTÉRESSÉ, ÉE
En cela votre honneur est-il intéressé ?, Panthée, III, 1 dans INTÉRESSÉ, ÉE
Infidèle espionne et mauvaise interprète, Marianne, V, 1 dans INTERPRÉTE
Notre sexe est fort vindicatif, Et dans ses trahisons se rend bien inventif, Mariane, II, 6 dans INVENTIF, IVE
Je n'aperçois partout que de tristes présages, Qui de l'ire du ciel m'apportent les messages, M. de Chrispe, III, 1 dans IRE
Le témoin qui l'accuse est homme irréprochable, Mariane, III, 2 dans IRRÉPROCHABLE
Comme les bruits confus accompagnent le jour, Toujours la jalousie accompagne l'amour, Panthée, IV, 1 dans JALOUSIE
Elle joignit les mains, leva les yeux en haut, Mariane, V, 2 dans JOINDRE
J'abhorre tout de lui, jusqu'à son amitié, Mariane, II, 2 dans JUSQUE et JUSQUES
Sort lamentable, M. de Chrispe. dans LAMENTABLE
Traître, je suis lassé d'entendre tes leçons, Mariane, III, 5 dans LASSER
Traître, je suis lassé d'entendre tes leçons, Marianne, III, 5 dans LEÇON
Ce levain de révolte et de sédition, Mariane, IV, 1 dans LEVAIN
N'est-il pas adoré comme un soleil levant ?, M. de Chrispe, IV, 11 dans LEVANT
Et libéralement remettre une couronne, M. de Chrispe, II, 6 dans LIBÉRALEMENT
Pouvoir limité, M. de Chrispe, IV, 4 dans LIMITÉ, ÉE
Et les lis de son teint seraient-ils effacés ?, Mariane, V, 2 dans LIS
Les roses et les lis de votre beau visage, M. de Chrispe, II, 3 dans LIS
Viens m'en conter au long la pitoyable histoire, Mariane, V, 2 dans LONG, ONGUE
Allez avec les miens au long de ce rivage, Panthée, V, 6 dans LONG, ONGUE
Il faudrait chaque jour faire maison nouvelle, Mariane, I, 3 dans MAISON
On appréhende tout étant dans le malheur, Mort de Chrispe, II, 3 dans MALHEUR
C'est la malignité de ces impressions Qui nous a fait avoir ces noires visions, Panthée, II, 2 dans MALIGNITÉ
Maligne influence, M. de Chrispe. III, 1 dans MALIN, MALIGNE
Une vapeur maligne en ma tête est montée, ib. V, 4 dans MALIN, MALIGNE
Sous un visage d'homme il porte un coeur de marbre, Panthée, I, 7 dans MARBRE
Lorsqu'au métier de Mars les jugements s'égarent, Les fautes que l'on fait à peine se réparent, Panthée, V, 5 dans MARS
Et remettre ce tout en sa masse première, Mariane, V, 3 dans MASSE
Mauvaise, tu crois donc que je suis un trompeur, Mariane, III, 3 dans MAUVAIS, AISE
C'est un monstre d'orgueil et de méconnaissance, Mariane, II, 6 dans MÉCONNAISSANCE
Il faut que d'un bienfait une âme se ressente, Ou qu'elle soit fort lâche et fort méconnaissante, Panthée, IV, 1 dans MÉCONNAISSANT, ANTE
Aimant mieux étouffer leurs mécontentements Que d'en faire à leur dam des éclaircissements, Panthée, III, 1 dans MÉCONTENTEMENT
Vision mélancolique, Mariane, I, 2 dans MÉLANCOLIQUE
Sentiments mélancoliques, ib. V, 3 dans MÉLANCOLIQUE
Mémorable journée, Panthée, I, 1 dans MÉMORABLE
Quelque raison qu'on ait, on est dans le mépris, Lorsque l'on abandonne un parti qu'on a pris, Panthée, I, 5 dans MÉPRIS
Et du peuple effrayé le plus pressant souci Est de sauver sa vie en lui criant merci, Panthée, II, 3 dans MERCI
Ton piége est découvert, ta mine est éventée, Mariane, III, 2 dans MINE
Quand j'en suis séparée une seule minute, Panthée, II, 2 dans MINUTE
Ô gloire de ton sexe, ô miroir de ton âge !, Panthée, V, 9 dans MIROIR
Cet illustre empereur, ce miroir des grands princes, M. de Chrispe, I, 3 dans MIROIR
S'il arrivait qu'Auguste entrât au monument, Mariane, IV, 1 dans MONUMENT
Qu'on le fasse sans bruit porter au monument, M. de Chrispe, V, 10 dans MONUMENT
Ébloui de l'éclat de la splendeur mondaine, Je me flattais toujours d'une espérance vaine ; Faisant le chien couchant auprès d'un grand seigneur, Je me vis toujours pauvre, et tâchai de paraître ; Je vécus dans la peine, attendant le bonheur, Et mourus sur un coffre en attendant mon maître, Son épitaphe (1655). dans MOURIR
Hé ! seigneur, le moyen que l'on vous satisfasse ?, Mariane, V, 3 dans MOYEN
Là-dessus, mû de zèle et de fidélité, J'en viens donner avis à Votre Majesté, Mariane, II, 4 dans MÛ, UE
Pour suivre Cléopâtre, il quitta son bonheur, Et, s'embarquant ainsi, fit naufrage d'honneur, Mariane, I, 3 dans NAUFRAGE
Comme il est votre fils, il est ma nourriture, M. de Chrispe, III, 1 dans NOURRITURE
Ne vous obstinez point d'aimer si hautement, Panthée, I, 7 dans OBSTINER
Les dieux me sont témoins que je suis l'offensé, Panthée, III, 9 dans OFFENSÉ, ÉE
Si, dès que l'on offense, on ne pardonne point, Marianne, IV, 1 dans OFFENSER
Et dont le coeur outré brûle de vous détruire, Mariane, IV, 6 dans OUTRÉ, ÉE
Votre maison sans cesse est ouverte aux douleurs, Mariane, I, 3 dans OUVERT, ERTE
La lumière et le bruit s'épandaient par le monde, Mariane, I, 3 dans PAR
Le ciel voit nos pensers et parfois les découvre, M. de Chrispe, II, 1 dans PARFOIS
Sa grâce, sa beauté, sa parole, son port, Marianne, II, 1 dans PAROLE
On est prêt à vous faire un fort mauvais parti, Panthée, III, 3 dans PARTI
Elle a couru partout où le danger était, Et forcé tous les pas que l'on nous disputait, Panthée, I, 1 dans PAS
Mes faveurs ont toujours irrité ses mépris ; Toutes mes passions n'ont fait que lui déplaire, Marianne, II, 6 dans PASSION
Le plus souvent la première pensée Dans le meilleur esprit n'est pas la plus sensée, M. de Chrispe, III, 2 dans PENSÉE
Et dans un char de feu te perdant à mes yeux, Marianne, v, 3 dans PERDRE
Et nous verrons bientôt, s'il me veut mettre au pis, Lequel l'emportera de la femme ou du fils, M. de Chrispe, III, 6 dans PIS
Faites pleuvoir sur eux de la flamme et du soufre, Mariane, v, 2 dans PLEUVOIR
Du plomb avec de l'or fais-tu comparaison ?, M. de Chrispe, IV, 11 dans PLOMB
Le plus souvent on fait naufrage au port, Panthée II, 2 dans PORT
La tigresse qui voit enlever sa portée, Est moins à redouter qu'une femme irritée, Mariane, II, 6 dans PORTÉE
Sous un visage d'homme il porte un coeur de marbre, Panthée, I, 7 dans PORTER
Elle t'a pratiqué pour me faire périr, Marianne, II, 7 dans PRATIQUER
Il faut se prendre à l'arbre et non pas aux rameaux, Mort de Chrispe, IV, 1 dans PRENDRE
Mais par où m'y prendrai-je ? et que faudra-t-il faire ?, M. de Chrispe, IV, 7 dans PRENDRE
On n'a rien qu'à me suivre au milieu de la presse, Panthée, IV, 2 dans PRESSE
Il faut prévenir ceux qui se veulent venger, Et courir de bonne heure au-devant du danger, Mariane, II, 7 dans PRÉVENIR
Non plus en empereur, mais en homme privé, M. de Chrispe, III, 2 dans PRIVÉ, ÉE
Cet amant fortuné, ce prodige en bonheur, Panthée, V, 1 dans PRODIGE
Ô réplique subtile et produite à propos !, Panthée, IV, 1 dans PRODUIT, ITE
Et du vent de son aile il me rafraîchissait, M. de Chrispe, III, 1 dans RAFRAÎCHIR
Je m'en vais te verser de quoi te rafraîchir, Marianne, IV, 5 dans RAFRAÎCHIR
J'ai plus d'horreur de vous que des feux, que des fers Et de tous les serpents qui rampent aux enfers, M. de Chrispe, III, 4 dans RAMPER
Aller lui rapporter.... Qu'elle peut sur ma vie exercer sa vengeance, Mort de Chrispe, III, 5 dans RAPPORTER
S'il abuse si fort, il faut qu'il se ravise, Mort de Chrispe, IV, 2 dans RAVISER (SE)
Et des rayons de joie éclairant ses appas, Marianne, V, 2 dans RAYON
Vous rebutiez toujours nos fidèles avis, Marianne, II, 8 dans REBUTER
Mais attends-je en mon deuil que rien me réconforte ?, Marianne, V, 2 dans RÉCONFORTER
Vous redressiez vous-même un trône renversé, M. de Chrispe, II, 6 dans REDRESSER
Quoi ! si je lance un trait, ô rigoureuse loi, Pour me percer le coeur il réfléchit sur moi, M. de Chrispe, V, 5 dans REFLÉCHIR
Jamais la piété ne peut accompagner Un coeur préoccupé du dessein de régner, M. de Chrispe. IV, 1 dans RÉGNER
Il vivait relégué sur les bords de l'Euphrate, Marianne, IV, 1 dans RELÉGUÉ, ÉE
Chrispe est comme un enfant qui voit un fer reluire, Et qui le veut avoir, quoiqu'il lui puisse nuire, M. de Chrispe, III, 2 dans RELUIRE
Armez-vous un moment de résolution, M. de Chrispe, II, 3 dans RÉSOLUTION
Constance a de ce mal retiré mille biens, M. de Chrispe, V, 5 dans RETIRER
Ne revenez donc plus, tragiques rêveries, M. de Chrispe, I, 1 dans RÊVERIE
Tu fermais les rideaux et veillais à l'entour, Marianne, III, 6 dans RIDEAU
De grands rois tous les jours la fortune se joue, M. de Chrispe, I, 3 dans ROI
....c'est un joug qu'à peine il recevra. - Je l'y forcerai bien ; s'il ne plie, il rompra, M. de Chrispe, III, 6 dans ROMPRE
[Il] Doit bientôt conquérir tout le rond de la terre, Panthée, III, 8 dans ROND
Tu ne devrais jamais marcher que sur des roses, Marianne, V, 3 dans ROSE
Mais on voit rarement des roses sans épines, Marianne, I, 3 dans ROSE
L'abondance des pleurs roulant sur mon visage A fait évanouir cette funeste image, M. de Chrispe, III, 1 dans ROULER
Opposons sagement l'antidote au poison, Marianne, III, 1 dans SAGEMENT
Et s'il séjourne plus, penses-tu que je vive ?, Panth. II, 2 dans SÉJOURNER
Si vous ne l'aimez pas, faites-en le semblant, Marianne, II, 1 dans SEMBLANT
Mais vous perdez le sens, reprenez vos esprits, Panthée, II, 3 dans SENS
J'ai le coeur si serré que je ne puis parler, Mariane, II, 1 dans SERRÉ, ÉE
Craignant de son époux la honte ou le servage, M. de Chrispe, I, 3 dans SERVAGE
Je laisse la contrainte aux serviles personnes, Marianne, II, 1 dans SERVILE
Je la fuis, je la crains, et si, je l'aime encore, Panthée, II, 4 dans SI
On ne peut sans péril approcher du soleil, Panthée, I, 7 dans SOLEIL
Ma gloire n'est qu'un songe et ma grandeur qu'une ombre, Marianne, I, 3 dans SONGE
Ils sortent d'une souche en gloire si féconde, Marianne, III, 2 dans SOUCHE
Il faut qu'on la retire, et que soudainement On la fasse sans bruit porter au monument, M. de Chrispe, V, 10 dans SOUDAINEMENT
La source est à chercher plutôt que les ruisseaux, M. de Chrispe, IV, 11 dans SOURCE
On connaît à ce style et doux et décevant, Comme en l'art de trahir ton esprit est savant, Mariane, III, 3 dans STYLE
Enfin votre esprit paraît trop susceptible De l'appréhension d'une chose impossible, Panthée, IV, 1 dans SUSCEPTIBLE
[Il] Tachera bien souvent une innocente vie, Panthée, III, 1 dans TACHER
Quel colosse de bronze et taillé doctement !, M. de Chrispe, I, 3 dans TAILLÉ, ÉE
Pour vous éterniser sous ces arcs glorieux Qu'une savante main taille aux victorieux, M. de Chrispe, I, 3 dans TAILLER
De même qu'un lion que vingt chasseurs talonnent, M. de Chrispe, I, 3 dans TALONNER
Tous ses fleuves étaient ou taris ou troublés, M. de Chrispe, I, 3 dans TARI, IE
Je me trouve aussi grand terrien Que le roi de Lydie et que l'Assyrien, Panthée, I, 4 dans TERRIEN, IENNE
Il veut tenir tout seul le timon des affaires, M. de Chrispe, IV, 1 dans TIMON
Quel tissu de malheurs forme ta destinée !, M. de Chrispe, v, 5 dans TISSU
Une plume touffue ondoyait sur sa tête, M. de Chrispe, I, 3 dans TOUFFU, UE
Il sort du pavillon pour tourner vers ces lieux...., Panthée, v, 2 dans TOURNER
Embûche traîtresse, Mariane, IV, I dans TRAÎTRE, ESSE
Son discours m'a laissé dans des transes mortelles, M. de Chrispe, III, 6 dans TRANSE
Le bruit des chiens et des trompes qui sonnent, M. de Chrispe, I, 3 dans TROMPE
Quand le fruit de Cérès De ses tuyaux dorés enrichit nos guérets, Mariane, I, 3 dans TUYAU
Souviens-toi que le mien [esprit] ne reçoit point d'injure Qu'il ne rende aussitôt avec beaucoup d'usure, Marianne, II, 3 dans USURE
Nous y rencontrerions l'utile et l'honorable, Panthée, I, 5 dans UTILE
Mais ne la vois-je pas qui s'en vient droit à moi ?, Marianne, II, 3 dans VENIR
La vertu rend parfois les malheurs vénérables, M. de Chrispe, IV, 4 dans VERTU
J'eusse été plutôt veuf d'une méchante femme, Mort de Chrispe, v, 8 dans VEUF, VEUVE
Et lorsqu'il est tombé sanglant sur la poussière, Les mains de la victoire ont fermé sa paupière, Panthée, v, 1 dans VICTOIRE
L'homme faible et léger sans un secours divin S'enivre de faveur comme on le fait de vin, Panthée, III, 5 dans VIN
Votre sexe est fort vindicatif, Marianne, II, 6 dans VINDICATIF, IVE
Serpent couvert de fleurs, dangereuse vipère, Jeune fille...., Marianne, v, 1 dans VIPÈRE
Eh bien, dis-moi, l'amour est-il si volontaire ?, Panthée, III, 9 dans VOLONTAIRE
Je t'ai vraiment traitée avecque barbarie, Marianne, v, 3 dans VRAIMENT