Gédéon TALLEMANT, Sieur Des Réaux, dit TALLEMAND DES RÉAUX (1619 - 1692)

Citations

Il abolit la dignité de patriarche, quoique assez dépendante de lui, et par là se trouva plus maître de son église, Czar Pierre. dans ABOLIR
Selon son dessein, tout doit aboutir à Pétersbourg, qui, par sa situation, serait un entrepôt du monde, Czar Pierre. dans ABOUTIR
C'était là une ample matière à exercer un génie tel que le sien, car le long chemin pouvait être et abrégé et facilité, Czar Pierre. dans ABRÉGÉ, ÉE
Des imprimeries dont il a changé les anciens caractères trop barbares et presque indéchiffrables à cause des fréquentes abréviations, Czar Pierre. dans ABRÉVIATION
Il fit lever le plan de cette mer [Caspienne], et, grâce à ce conquérant académicien, on en connut enfin la véritable figure, Czar Pierre. dans ACADÉMICIEN
Il possédait souverainement les qualités d'académicien, c'est-à-dire, d'un homme d'esprit qui doit vivre avec ses pareils, profiter de leurs lumières et leur communiquer les siennes, Dodart. dans ACADÉMICIEN
[Pierre le Grand] remportant avec lui la science de la construction des vaisseaux, acquise en moins de deux ans, parce qu'il l'avait acquise par lui-même, et achetée courageusement par une espèce d'abdication de la dignité royale, Czar Pierre. dans ACHETÉ, ÉE
Des moeurs aussi délicates pour ainsi dire et aussi adoucies que les nôtres, Czar Pierre. dans ADOUCI, IE
Il avait vu ailleurs combien l'art des agréments aide à la nature à faire des personnes aimables, Czar Pierre. dans AGRÉMENT
Une marieuse de gens, on appelle vulgairement cela une apparieuse, VIII, p. 70 dans APPARIEUR, EUSE
Il entreprit de prouver que Gombaud, qui se piquait de n'aimer qu'en bon lieu, cajolait une petite cale crasseuse, Historiettes, chap. 147, 3e édit. t. III, p. 249 dans CALE
La comtesse de Maure avait de l'esprit infiniment, un esprit capable, instruit, connaissant et extraordinaire en toute chose, Hist. t. III, p. 266 dans CONNAISSANT, ANTE
Le marquis de Sillery pria sa mère de le recevoir de son mieux [M. de Chavigny] ; elle lui fit une chère admirable, quoiqu'il fût cornarien, DES RÉAUX, Histor. t. II, p. 96, éd. de 1840 dans CORNARIEN, IENNE
Ce mot est employé au féminin par Mme Cornuel dans la seule lettre d'elle qu'on ait conservée : Il fait des devises.... lesquelles mon ignorance ne conçut que pour emblèmes très chétives, t. V, p. 139, éd. Paris. dans EMBLÈME
François 1er était à table, quand on lui présenta une épigramme qui lui plut fort, et, en mangeant, il disait sans cesse : Ah ! la bonne épigramme ! Un bon gentilhomme qui ouït cela dit après au maître d'hôtel : Est-ce quelque viande nouvelle ? Hé ! je vous en prie, faites-nous en goûter, Hist. t. VI, p. 148, éd. 1835 dans ÉPIGRAMME
Il [Balzac, depuis le Prince] changea sa façon d'écrire pour montrer qu'il n'était pas ignorant comme on lui avait reproché ; mais, en récompense, il est ferré en quelques endroits, et cette affectation d'érudition n'est que trop souvent désagréable, t. IV, p. 91, éd. de 1855 dans FERRÉ, ÉE
Fluidité du discours, Plutarque, t. V, Vie de Cicéron, dans RICHELET dans FLUIDITÉ
Elle [Mme de Puisieux] endetta le couvent des Dix-Vertus d'une somme considérable, et cela pour des friponneries ; car le pâtissier seul demande beaucoup, Histor. éd. P. Paris, t. I, p. 470 dans FRIPONNERIE
La mère avait conservé son humeur friande ; il lui faisait des présents de friponneries, ib. t. VI, p. 525 dans FRIPONNERIE
Mme de Sévigné chante, elle danse, et a l'esprit fort vif et agréable ; elle est brusque et ne se peut tenir de dire ce qu'elle croit joli, quoique assez souvent ce soient des choses un peu gaillardes, dans le Dict. de DOCHEZ. dans GAILLARD, ARDE
À la fin, lui et la dame se querellèrent tout de bon ; car, l'ayant rencontrée en une visite, ils se harpignèrent, Historiettes, éd. in-12, t. VII, p. 43 dans HARPIGNER (SE) ou HARPILLER (SE)
La comtesse et elle se harpignèrent ; les autres ne dirent rien, ib. p. 141 dans HARPIGNER (SE) ou HARPILLER (SE)
Au jour, il les trouva tous deux jouant aux jonchets, Historiette de Mme de Rohan, t. V, p. 18 dans JONCHET
L'ardeur avec laquelle elle aimait, son courage, sa fierté, ses yeux vifs, et ses cheveux trop dorés, lui firent donner le surnom de Lionne, Historiettes, t. IV, p. 12 dans LION, ONNE
Lambert ....était d'assez amoureuse manière, cité dans REMUSAT, Infl. de la scolastique sur la langue française, p. 398 dans MANIÈRE
Le chevalier ne mangeait point avec elle ; car la marquise tient pour maxime qu'il ne faut qu'un amant fasse devant sa maîtresse que ce qui est de l'essentiel de l'amour, et que, par exemple, il ne faut qu'une grimace en mangeant, ou quelque petite indécence pour tout gâter ; elle appelle cela faire des mortalités, t. V, p. 261, éd. P. Paris dans MORTALITÉ
Un jour qu'on disait à feu Armentières que M. d'Angoulême savait je ne sais combien de langues : Ma foi, dit-il, je croyais qu'il ne savait que le narquois, Historiettes, édit. in-12, t. I, p. 220 dans NARQUOIS, OISE
Il n'y a rien qui désabuse tant les gens, et surtout un homme de numéro, que quand on leur veut ôter ce qui leur appartient, Historiettes, édit. in-8°, t. V, p. 49 dans NUMÉRO
Joubert, qui a eu de la réputation et qui, en effet, plaidait bien pour le fond, quand on lui avait donné tout le temps qu'il lui fallait pour lécher son ours, disait de grandes sottises quand il se mettait sur le bien dire, Historiettes, t. X, p. 216 dans OURS
Les louanges lui étaient bonnes [à Balzac], de quelque part qu'elles vinssent, et jamais il n'étoit assez paranymphé à sa fantaisie, t. IV, p. 95 dans PARANYMPHER
On allait pendre un Picard ; une femme de sa connaissance le rencontra : Hé, un tel, comment te portes-tu ? - Je me porte assez bien, répondit-il ; mais cette penderie me déplaît, Histor. t. VI, p. 168 dans PENDERIE
Il y avait chez elle la plus grande liberté du monde... il y en a même qui lui ont volé tantôt sa bourse, tantôt sa pelotte d'argent... et jamais il n'y eut demoiselle du Marais à qui on ait si souvent plié la toilette, Historiettes, t. IX, p. 92 dans PLIER
Pour se venger d'un homme, elle prit du mal exprès pour le poivrer, dans les Excentricités du langage dans POIVRER
Elle est fort avare, lui est prodigue ; elle l'appelle panier percé et le ragote sans cesse sur sa dépense, DES RÉAUX, Histor. t. VIII, p. 102, édit. in-12 dans RAGOTER
Elle [Mlle de Scudéry] dit toujours : depuis le renversement de notre maison ; vous diriez qu'elle parle du bouleversement de l'empire grec, Scudéry et sa soeur. dans RENVERSEMENT
Sa femme [de la Fontaine] dit qu'il rêve tellement, qu'il est quelquefois trois semaines sans croire être marié, Historiettes, de la Fontaine. dans RÊVER
Un garçon de belles-lettres et qui fait des vers, nommé la Fontaine, est encore un grand rêveur, Hist. de la Fontaine. dans RÊVEUR, EUSE
Alors toutes les honnêtes femmes ou soi-disantes abandonnèrent Ninon, t. VII, p. 216 dans SOI-DISANT
Voiture était plutôt [pour Mlle de Rambouillet] un amant de galerie et pour badiner qu'autrement ; aussi le faisait-elle bien soutenir, Histor. t. II, p. 235, éd. de 1834 dans SOUTENIR
Celui-ci est un grand faux monnayeur et qui supporte certains corsaires, Histor. t. III, p. 430, 1re éd. dans SUPPORTER
Mlle Gervaise était fort jolie en sa jeunesse et n'enfouissait pas le talent, car elle se servait admirablement bien de sa beauté, dans RÉMUSAT, Infl. de la scol. sur la lang. franç. p. 400 dans TALENT
Elle [Mme de Sévigné] est brusque et ne se peut tenir de dire ce qu'elle croit joli, quoique assez souvent ce soient des choses un peu gaillardes, Historiettes, Sévigny et sa femme dans TENIR
Nom donné, dans le langage des faux-monnayeurs, à un bon alliage, pendant le XVIIe siècle, Historiettes, 168 dans TIERCELET
Le roi [Louis XIII] prit amitié pour Saint-Simon, à cause... qu'il ne tourmentait pas trop ses chevaux, Louis XII dans TOURMENTER
Une manière d'agir hardie qui l'obligeait de traiter familièrement avec les gens de la première qualité, Disc. sur Benserade. dans TRAITER
Il [la Calprenède] affina plaisamment les libraires ; il traitait avec eux pour deux ou pour quatre volumes ; après, quand ces volumes étaient faits, il leur disait : j'en veux faire trente, moi, la Calprenède. dans TRENTE
Une habitude vitupéreuse, Histor. IV, 114 dans VITUPÉREUX, EUSE