SULLY

Citations

Ci poés vos trover les agies [portraits] des douze apostres assis, Planche 2 de l'album. dans AGIAU
L'aguerrissement universel auquel s'entretiennent toutes les nations d'Europe, Mém. t. III, p. 431 dans AGUERRISSEMENT
Le petit monsieur de Villeroy, fier comme un aspic...., Oecon. t. II, ch. 4, p. 17, dans LACURNE dans ASPIC
Tant qu'elle estimeroit que l'on voulust donner l'honneur dont elle se verroit privée, à cette bagasse de Gabrielle, Mém. t. I, p. 536, dans Lacurne. dans BAGASSE
L'autre, ayant esté accusé de peculat, a esté vu brandiller à une potence dans un tableau, dans le Dict. de DOCHEZ. dans BRANDILLER
Un mulet avec ses brimballes et clochettes, Mém. t. III, p. 17, dans LACURNE SAINTE-PALAYE dans BRIMBALE
[Un ours chassé] qui, ayant six ou sept bris et tronçons de piques et hallebardes, embrassa sept ou huit arquebusiers avec les quels il se precipita du haut d'une roche, Mém. t. 1, p. 125, dans LACURNE SAINTE-PALAYE dans BRIS
Pour le parti des gabelles de France, je croy ce que vous me mandez et que les marchands adjudicataires ont fait un grand brouhaha, Mémoires, t. III, p. 371, dans LACURNE SAINTE-PALAYE dans BROUHAHA
Vous desiriez acheter quelques brouilleries [bagatelles], Mém. t. III, p. 12, dans LACURNE SAINTE-PALAYE dans BROUILLERIE
En fustes quitte pour trois ou quatre mousquetades qui vous sifflerent aux oreilles, et autant qui firent voler la poudre et sauter le caillotaje à l'entour de vos pieds, Mém. t. IV, p. 156, dans LACURNE dans CAILLOUTAGE
Il est admirable en telle cajolerie, quand il veut regagner un serviteur dont il croit pouvoir avoir besoin, dans le Dict. de DOCHEZ. dans CAJOLERIE
Ces cajoleurs de cour qui semblent n'y estre que pour faire des exclamations et des admirations de tout ce qu'ils voyent et oyent, Mém. part. 2, ch. 11, dans LACURNE dans CAJOLEUR, EUSE
Trois ou quatre cents avocats du palais de Paris s'en allerent au greffe de la cour y remettre leurs chaperons et protester de cesser leur caquet ; de quoi les baguenaudiers et pedants firent de grands cancans, ainsi que si le royaulme eust du perir pour estre repurgé de ces chicaneurs, Mém. t. IV, p. 178, éd. de 1763 dans CANCAN
Nous promettons que, dès incontinent que sera conclu le traité de paix, nous ferons toutes les depeches necessaires pour l'accomplissement et execution de ce qui aura esté traité et capitulé, Mém. t. IX, p. 397, dans LACURNE dans CAPITULER
Desquelles offres et discours, quoique grandement specieuses et pleines d'artifices, la caption et la malice mesme ne me furent pas fort difficiles à descouvrir, Mém. t. VI, p. 367, dans LACURNE dans CAPTION
Ce sejour de trois ou quatre jours se passa en legeres escarmouches, defis particuliers et carabinage de peu de fruit ny d'un costé ny d'autre, Mém. t. I, p. 362, dans LACURNE dans CARABINADE
Monsieur de Bouillon n'ayant fait qu'une fausse charge et un caracol pour reprendre le chemin de la retraite, Mém. t. II, p. 406, dans LACURNE dans CARACOLE
Nous gagnasmes aussi deux de leurs casemattes que nous leur avons rendues inutiles, Mém. t. III, p. 252, dans LACURNE dans CASEMATE
Les poigneours de France, les chevaliers membrés, Et les ducs et les contes, les princes, les casés, I, 194 dans CASER
La condition la plus heureuse où ils sauroient estre les chagrine, les ennuye et les degouste, dans le Dict. de DOCHEZ. dans CHAGRINER
Messieurs.... qui chuchottent là vers la cheminée aux oreilles les uns des autres, Mém. t. I, p. 405, dans LACURNE dans CHUCHOTER
Circonspectement, Mém. t. VI, p. 172, dans LACURNE dans CIRCONSPECTEMENT
Vous diriez, à les ouir criailler, que l'Estat s'en va perdu s'il manque de clabauderies affinées et de ruses pedantesques, dans le Dict. de DOCHEZ. dans CLABAUDERIE
Cueillir vos salades, les herbes de vos potages, et des champignons columelles et diablettes, que vous accommodiez vous mesme, mettant d'ordinaire la main à la cuisine, Mém. t. I, p. 256, dans LACURNE dans COLOMBETTE
Le fil de nos discours nous obligeoit à parler non seulement des empereurs, rois, primats et potentats souverains, mais aussi des delicieux mignons, favoris et complaisans à tout faire, et des administrateurs à tout entreprendre, dans le Dict. de DOCHEZ. dans COMPLAISANT, ANTE
Ceremonies de simple bienseance, accompagnées de paroles concises, de froideur et grandes retenues, dans le Dict. de DOCHEZ. dans CONCIS, ISE
Et quoi qu'ait fait pour vous ce cher concitoyen, CORN. Sertor. II, 2 dans CONCITOYEN, ENNE
Le roi qui vous tesmoigna de vouloir reconcilier le roi de Navarre à lui et de s'en servir confidemment, dans le Dict. de DOCHEZ. dans CONFIDEMMENT
Je vous bailleray le roy pour caution, qui ne fera point banqueroute, je vous le promets, au moins s'il me laisse menager ses revenus comme je l'entends, et je lui servirai encore de contre-caution, qui m'attends bien en le faisant riche, qu'il me fera tant de bien que je ne serai jamais reduit au saffran, Mém. t. III, p. 402, dans LACURNE dans CONTRE-CAUTION
Par contre opposition [au contraire], Mém. t. I, p. 11, dans LACURNE dans CONTRE-OPPOSITION
Mes conceptions et mes pensées sont prises à contre-sens et sinistrement interpretées, dans le Dict. de DOCHEZ. dans CONTRE-SENS
D'un seul clin d'oeil ou d'une seule parole echappée à contre temps...., dans le Dict. de DOCHEZ. dans CONTRE-TEMPS
Enfin elle revint [de sa retraite] dans le monde conversable, et ne manqua pas de reprendre ses mesmes premieres ruses et intrigues d'amourettes, Mém. t. VII, p. 67, dans LACURNE dans CONVERSABLE
Par Dieu, ce n'est pas sans cause si l'on dit qu'il se cueille plus d'espines que de rozes au jardin des courtisans, et que pour un verre cassé, auprès des rois et des princes, bien souvent vingt années de services demeurent bien égarées, t. III, p. 73, dans LACURNE dans COURTISAN
Il criminalise les absous par declarations verifiées au parlement, Mém. t. XII, p. 354, dans LACURNE dans CRIMINALISER
La deroute des croquans en Limousin au nombre de quinze mille, Mém. t. III, p. 159, dans LACURNE dans CROQUANT
Avec des marchands estrangers pour fournir quantité de cuivres, rosette, potin, culot, hallebardes, estain, mitraille et autres metaux, Mém. t. IV, p. 78, dans LACURNE dans CULOT
Le roy lequel vous trouvastes reveillé se promenant dans un jardin, et venant de hocher un prunier de damas blanc qui portoit les plus belles et meilleures prunes, Mém. t. II, p. 136, dans LACURNE, au mot hocher. dans DAMAS
J'engagerai le duc à mettre toute confiance en la bonté du roy et à se deboutonner, dans le Dict. de DOCHEZ. dans DÉBOUTONNER
Le declin [pente] de la colline, Mém. t. I, p. 396, dans LACURNE dans DÉCLIN
Ils ne pensoient qu'à fleschir sous l'esclavage, duquel decouragement ils commencerent à se relever sur une telle occasion, dans le Dict. de DOCHEZ. dans DÉCOURAGEMENT
Partant le priez-vous de remettre le demeslement de l'affaire à un autre ou une autre fois, Mém. t. II, p. 104, dans LACURNE dans DÉMÊLEMENT
Leurs grands panaches blancs et noirs, tout brisés et depenaillés de coups, dans le Dict. de DOCHEZ. dans DÉPENAILLÉ, ÉE
La reine mere d'autre costé, qui haïssoit et se voyoit haïe du duc d'Alençon, et avoit par ses espions et mouchards decouvert ce qui se projettoit pour la desauthoriser et empescher le retour du roy de Pologne, Mém. t. I, p. 80, dans LACURNE dans DÉSAUTORISER
Il lui falloit encore quelques jours pour preparer le magnifique equipage avec lequel il designoit de se presenter devant le roy, Mém. t. II, p. 177, dans LACURNE dans DÉSIGNER
Vous redoutiez dans la conduite de cette affaire les desistemens du roi, dans le Dict. de DOCHEZ. dans DÉSISTEMENT
Ceux que l'on avoit estimés perdus et entierement destruits reduisirent en plusieurs lieux leurs destructeurs sur la defensive, dans le Dict. de DOCHEZ. dans DESTRUCTEUR, TRICE
Pour donner quelque sorte de cognoissance des choses tant importantes et detromper le monde des impertinences qu'en veulent faire croire des escrivains de ce temps, dans le Dict. de DOCHEZ. dans DÉTROMPER
Il faut travailler à la diminution de cette ample domination de la maison d'Autriche, dans le Dict. de DOCHEZ. dans DIMINUTION
Circuit de quatre ou cinq armées qui lui echantillonnoient toujours quelque lopin de son grand et pesant corps d'armée, Mém. t. I, p. 289, dans LACURNE dans ÉCHANTILLONNER
Impositions des rivieres, droits d'embouchures, Mém. t. III, p. 148, dans LACURNE dans EMBOUCHURE
Je commencerai dès aujourd'hui à faire compter et encaquer l'argent necessaire pour faire faire montre aux cinq regimens français et à toutes les compagnies de Suisses et de lansquenets, Mém. t. III, p. 339, dans LACURNE dans ENCAQUER
Les regnes d'un Childeric l'enfroqué, Louis le faineant, Charles le simple...., Mém. t. III, p. 136, dans LACURNE dans ENFROQUER
Là-dessus vous estant mis à vous entrepicotter, chascun essayant de mettre en avant ce qu'il estimoit le plus valoir en soy et le moins en autruy, Mém. t. I, ch. 2 dans ENTRE-PICOTER (S')
J'apprehende bien que nous laissions les choses presentes et asseurées pour nous jetter à l'essor [à l'aventure], Mém. t. VI, p. 432, dans LACURNE dans ESSOR
Vous nous obligerez à toute extremité [extrêmement], Mém. t. II, p. 316, dans LACURNE dans EXTRÉMITÉ
Ayant fait resolution d'estre François de faction [en action], comme il l'estoit de naissance, Mém. t. IV, p. 83, dans LACURNE dans FACTION
[Le roi Henri III tombait] en nonchalances et faineantises, dans le Dict. de DOCHEZ. dans FAINÉANTISE
Ne faisant que s'entre-regarder, faire fanfarer leurs trompettes, et bruire leurs tambours, t. II, p. 241, dans LACURNE dans FANFARER
La fanfaronnerie de certains avocats du palais à Paris, les quels [pour certaines dispositions du parlement sur le reglement de leurs salaires] s'en allerent au greffe de la cour y remettre leurs chaperons et protester de cesser leur caquet, dans le Dict. de DOCHEZ. dans FANFARONNERIE
Je vous jure que je n'ay jamais rien trouvé de trop long ni de fastidieux dans vostre entretien, t. VI, p. 212, dans LACURNE dans FASTIDIEUX, EUSE
Aller reconnoistre l'armée de l'ennemi, leur contenance, ordre de bataille et forme de marcher, voire essayer d'entamer quelqu'un de ses escadrons, si quelqu'un de sa portée s'emancipoit de quitter la faveur [protection] des bataillons, Mém. t. I, p. 418, dans LACURNE dans FAVEUR
Voyant que toute apparence de peste estoit hors du chasteau de Rosny, où l'on avoit osté les meubles des lieux où il y avoit eu de la peste, et bien éventé et flambé les logements, vous y ramenastes madame vostre femme, Mém. t. I, p. 256, dans LACURNE dans FLAMBER
Comme l'on approchoit de la coste d'Angleterre, il se met dans un flibot, envoye les marchands rochellois l'attendre à Bristol, et tourne le cap vers Plymouth, Mém. t. XII, p. 443, dans LACURNE dans FLIBOT
D'autant que ce qui restoit à recevoir [des impôts] n'estoit que restes et fondrilles incertaines, dont il ne se sauroit que bien peu tirer, et encore avec grande longueur de temps, Mém. t. III, p. 216, dans LACURNE dans FONDRILLES
Impositions domaniales [sur les domaines] et foraines [sur les douanes], Mém. t. X, p. 230, dans LACURNE dans FORAIN, AINE
Le bris des espées, le froissis despiques et hallebardes, Mém. t. I, p. 130, dans LACURNE dans FROISSIS
Sa generosité [de Henri IV] et sa debonnaireté sont si celebres, qu'il est à croire qu'il n'aura rien fait de mediocre, dans le Dict. de DOCHEZ. dans GÉNÉROSITÉ
Il usoit des termes sales de goinfre et de cabaret à sa mode accoustumée, dans le Dict. de DOCHEZ. dans GOINFRE
Vous et moi couperons bras et jambes à madame grivelée, comme vous m'avez dit tant de fois que cela se pouvoit faire, Mém. t. III, p. 81, dans LACURNE dans GRIVELÉE
Le halecret sur le dos, le casque en la teste, le pistolet au poing, Mém. t. II, p. 20, dans LACURNE dans HALECRET
Ancre, ayant hardé la lieutenance de roy de Picardie avec celle de Normandie, Mém. t. XII, p. 349, dans LACURNE dans HARDER
Or aviez vous mandé par toutes les batteries que chacun chargeast, amorçast et pointast ses pieces droit au donjon du chasteau, tous prets à faire haut les bras, Mém. t. IV, p. 162, dans LACURNE dans HAUT, AUTE
Vous fustes chargez par quatre autres escadrons qui vous ramenerent plus viste que le pas jusqu'à un petit heurt, Mém. t. I, p. 323, dans LACURNE dans HEURT
Vous entendistes un grand bruit de plusieurs voix confuses, divers cris et houpemens de personnes qui sembloient s'entreappeler les unes les autres, hannissemens de chevaux, et ensuite des bourdonnemens de tambours et retentissemens de trompettes, Mém. t. II, p. 235 dans HOUPEMENT
Sur le haut de votre colline vous estiez fort commodement hutté près de vos deux pieces, Mém. t. II, p. 242, dans LACURNE dans HUTTER (SE)
De plus tiedes conseils et de plus doux remedes se trouveroient entierement disproportionnés à la qualité des maux et des dangers qui vous sont imminens, dans le Dict. de DOCHEZ dans IMMINENT, ENTE
Un duc nouvellement imprimé [de nouvelle fabrique], Mém. t. X, p. 403, dans LACURNE dans IMPRIMER
Je blasme vostre inconsideration à vous jetter aux perils sans besoin, Mém, t. IV, p. 159, dans LACURNE, au mot rendre. dans INCONSIDÉRATION
Si les afflictions du monde, si mesme les funerailles de ses propres enfans sont venues pour troubler son contentement, elles l'ont esmu à la proportion d'un bon naturel qui ne peut estre indolent en chose si sensible, Mém. t. IV, p. 288 dans INDOLENT, ENTE
Plus intelligent des affaires de France qu'il ne pensoit, dans le Dict. de DOCHEZ. dans INTELLIGENT, ENTE
Lettre entrelignée, Mém. t. IX, p. 138, dans LACURNE dans INTERLIGNER
C'est avec charge expresse de ceux qui les stipendient, que ces escrivailleurs invectivent ainsi contre ce brave prince, dans le Dict. de DOCHEZ. dans INVECTIVER
La faction romaine espagnole et jesuitique, Mém. t. II, ch. 20 dans JÉSUITIQUE
Le roi avoit choisi un lieu propre pour y attendre la jonction de toutes ses forces, dans le Dict. de DOCHEZ. dans JONCTION
Le roi de Navarre, qui l'y menoit [à une attaque], n'avoit qu'une jupe d'escarlate et un pannache blanc, Mém. t. I, p. 106, dans LACURNE dans JUPE
Labourage et pasturage sont les deux mamelles qui nourrissent la France, Oecon. t. I, p. 282, cité dans H. MARTIN, Hist. de France, t. X, p. 447. 4e éd. dans LABOURAGE
Il s'agissoit de faire liquidations et prisée des droits que le comte de Soissons disoit avoir en Piemont, dans le Dict de DOCHEZ. dans LIQUIDATION
Que les alchimistes ne vantent plus leurs secrets, qu'ils ne disent plus qu'avec leurs especes chimiques, leurs essences simples ou composées, leurs magisteres et leur elixir, ils feront des merveilles, Mém. t. IV, p. 314, dans LACURNE dans MAGISTÈRE
Je ne m'estonne plus s'il y a des malentendus entre nous et les Anglois, puisque votre humeur est de preferer le particulier au public, dans le Dict. de DOCHEZ. dans MALENTENDU
Paix malotrue [paix mal faite], Mém. t. XII, p. 323, dans LACURNE dans MALOTRU, UE
Afin d'empescher qu'elle [l'armée] n'apportast aucune vexation au peuple de la campagne, duquel vous aviez tousjours un soin merveilleux, disant souvent au roy que le labourage et pasturage estoient les deux mamelles dont la France estoit alimentée, et les vrayes mines et tresors du Perou, Oecon. royales, ch. 82, p. 283 dans MAMELLE
L'un des plus gentis et dociles chevaux que nous ayons jamais vus ; car, n'ayant que cinq ans, et n'ayant jamais esté dressé, il manioit terre à terre à toutes mains, Mém. t. I, p. 165, dans LACURNE dans MANIER
Il ne se trouveroit plus de gentilshommes qui ne fussent mestifs et plus propres à faire les marjolets, berlandiers et batteurs de pavé que s'employer à la vraye vertu et aux armées, Mém. t. V, p. 93, dans LACURNE dans MARJOLET
Blasmant, lorsqu'il en parloit à ses plus affidez, infiniment ceux qui l'avoient voulu coiffer de cette marotte [impliquer dans une certaine entreprise], estant là ses propres termes, Mém. t. III, p. 24, dans LACURNE dans MAROTTE
Furent mis en deroutte par les trois escadrons du roy de Navarre, du prince de Condé et du comtede Soissons, chacun des quels par les coups qu'il donna et ceux dont ses armes estoient martelées temoigna suffisament la grandeur de son courage, Mém. t. I, p. 280 dans MARTELER
La reine mere, qui haïssoit et se voyoit haïe du duc d'Anjou, et avoit par ses espions et mouchards decouvert ce qui se projettoit pour la desauthoriser et empescher le retour du roy de Pologne, Mém. t. I, p. 80, dans LACURNE dans MOUCHARD
Nergue des huguenots, Mém. t. I, p. 128, dans LACURNE dans NARGUE
Après plusieurs delais, ils furent necessités de flechir sous ceste aspre servitude, dans le Dict. de DOCHEZ. dans NÉCESSITER
Les subsides outrés, les negligements du commerce, du trafic, le grand nombre de charges..., Mémoires, cité dans PONTET DE FOUVENT, les Malversations des compagnies de chemins de fer, p. 16 dans NÉGLIGEMMENT
Voicy le vrai enfant prodigue qui s'est imaginé de belles folies ; mais, comme pleines d'enfance et de nivelleries, je lui pardonne, Mém. t. v, p. 244, dans LACURNE dans NIVÈLERIE
Nourrissages [élève de bestiaux], Mém. t. XII, p. 44, dans LACURNE dans NOURRISSAGE
Le premier, comme vous savez et moi aussi, a un peu les ongles bien pales pour une charge où il ne faut rien craindre, et estre tousjours au peril, Mém. t. III, p. 211, dans LACURNE dans ONGLE
Si l'emploi de vos sujets en cette sorte de vie qui semble estre plustost meditative, oysive et sedentaire que non pas active, ne le desaccoutumera point de cette operative, penible et laborieuse en laquelle ils ont besoin d'être exercez, Mém. t. II, ch. 25, p. 181, éd. in-f°. dans OPÉRATIF, IVE
Les mains nous tremblent et le coeur nous pantele de tristesse, Mém. t. II, p. 143, dans LACURNE dans PANTELER
Ayant eu quantité de mauvaises rencontres, et eu, en plus de sept parts de sa vie, dont les dix font le tout, de grands et forts ennemis, Mém. t. XII, p. 287, dans LACURNE dans PART
Partroubler son calme, Mém. t. XI, p. 150, dans LACURNE dans PARTROUBLÉ, ÉE
La construction de douze galeres ou pataches des plus grandes, des mieux equipées et des mieux fournies de gens de guerre qu'il estoit possible, que le roy d'Espagne fit construire et fournir en Sicile, Mém. t. v, p. 245, dans LACURNE dans PATACHE
Voyant en vostre escurie sept ou huit pieces de grands chevaux des plus beaux de France, Mém. t. I, p. 201, dans LACURNE dans PIÈCE
Vous estes, à ce que je vois, ce gros piffre de Portugais qui a gaigné tous les jours l'argent du roi, dans le Dict. de DOCHEZ. dans PIFFRE, ESSE
Il [François Ier] laissa en instruction et en pratique à ses successeurs, de ne requerir plus le consentement des peuples, pour obtenir des secours et des assistances d'eux ; ainsi de les ordonner de pleine puissance et autorité royale, sans alleguer autre cause ni raison que celle de Tel est notre bon plaisir, Oeuv. t. VIII, p. 455 dans PLAISIR
Au XVIe siècle et au commencement du XVIIe, on a dit plébée : Ceux qui sont sortis d'une gent vile et plebée, Mém. t. III, p. 436 dans PLÉBÉIEN, IENNE
Pyramides, colonnes, galeries, portiques, lucarnes, cheminées, enfaistements, plomberies, Mém. t. VIII, p. 431 dans PLOMBERIE
Dorures, points d'Espagne, galons, franges et postiches [sorte d'ornements] (en 1585), Hist. du théât. franç. t. XII, p. 500. Tous ces ornements estoient ouvrages de marqueteries mal jointes et mal colées, et toutes pieces postices qui lochoient aux moindres secousses des essais, Mém. t. XII, p. 308 dans POSTICHE
[Henri IV disait en 1597 que] Mlle de Guise aimoit bien autant les poulets en papier qu'en fricassée, Mém. 2e partie, p. 114, dans GÉNIN, Récréat. t. II, p. 135 dans POULET
Un porte poulet [un entremetteur], dans GÉNIN, ib. p. 136 dans POULET
[Le roi d'Angleterre parlant d'Henri IV à M. de Rosny lui dit] avoir resolu de le prendre pour modele et prototipe, car il usa de ce mot, Mém. t. VI, p. 252 dans PROTOTYPE
Vous vous souviendrez [vous, Henri IV] des peines et anxietez où vous ont jeté les ruses, artifices, malices et cautelles de la Verneuil, ses semblables et leurs sequelles et proxenetes, Mém. t. VIII, p. 416 dans PROXÉNÈTE
Proxenetes aux voluptez, ib. t. XII, p. 265 dans PROXÉNÈTE
Pour le regard de l'artillerie, ils nous fourniront vingt bons canons, onze demy canons, trente-quatre quarts de canon...., Mém. t. IV, p. 202 dans QUART
Une juste reappreciation de tous les tarifs, Mém. t. V, p. 195 dans RÉAPPRÉCIATION
[Ils accouraient au roi] sans se soucier de ces mots bruyants de relaps dont les ligueurs faisoient tant de parade, dans le Dict. de DOCHEZ dans RELAPS, APSE
Je blasme vostre inconsideration [de Henri IV] à vous jeter aux perils sans besoin ; cela seroit supportable à un jeune homme qui n'auroit jamais rendu preuve de son courage, Mém. t. IV, p. 159 dans RENDRE
Cuivre, rosette, potin, culot, Mém. t. IV, p. 78 dans ROSETTE
Gabions de roulage, Mém. t. IV, p. 141 dans ROULAGE
Ne tirans une seule volée qu'elle ne fist des rues dans les escadrons et bataillons du camp ennemy, Mém. t. I, p. 325 dans RUE
Le bruit couroit que vous aviez eu deux chevaux tués entre les jambes, esté porté par terre, saboulé et petillé aux pieds des chevaux de plusieurs escadrons, Mém. t. I, p. 351 dans SABOULER
Il me fera tant de bien que je ne seray jamais reduit au safran, Écon. royales, ch. LXXXIV dans SAFRAN
Gabelles, et greniers à sel, salorges, prevostez...., Mém. t. X, p. 229 dans SALORGE
En un festin public qui me fut fait, il y avoit dix-sept tables, dont la moindre avoit seize serviettes [couverts], Mém. t. VII, p. 158 dans SERVIETTE
Indifference entre les personnes de diverse qualité et condition, morguées et cimagrées [moquées], affoiblissement d'estat, Mém. t. VII, p. 178 dans SIMAGRÉE
Quant aux sommes imposées pour les petits soldats [pionniers], Mém. t. III, p. 269 dans SOLDAT
C'est en faveur du comte Saint-Aignan que je vous fais ce mot, pour vous dire que vous ferez chose qui me sera fort agreable de le faire sortir au plus tost du don que je lui ay fait expedier, Mém. t. XII, p. 143 dans SORTIR
Plusieurs fertes et crevasses [aux pieds] toutes tantouillées de sang et de grosses cloches, Mém. t. II, p. 218 dans TANTOUILLÉ
Qui previent les temps, fort souvent il s'en plaint, Mém. t. IX, p. 476 dans TEMPS
Ce vieux et rusé capitaine [le prince de Parme] lui faisoit [ à Henri IV désireux d'engager une bataille] tousjours des testes d'infanterie [lui présentait toujours quelque infanterie pour l'arrêter], Mém. t. I, p. 425 dans TÊTE
François II mourut d'un tintouin d'oreilles, Mém. t. VII, p. 398 dans TINTOUIN
Lettre qui n'avoit point esté leue, encor que le tiret en eust esté rompu, Mém. t. IX, p. 120 dans TIRET
Le roy l'appelloit son cousin, et le titroit amiral de France et gouverneur en chef de Rouen, Mém. t. II, p. 177 dans TITRER
Tranquiliser [pacifier], Mém. t. IX, p. 144 dans TRANQUILLISER
Vous vintes faire le bon valet à cette dame [la saluer], Mém. t. III, p. 19 dans VALET
Voi, madame, hé ! vrai Dieu, qu'estce que ceci ? quoi ! vous voulez donc me fascher de gayeté de coeur pour esprouver ma patience, Mém. t. III, p. 412 dans VOI
Traitté de monsieur de Lorraine qui convertit sa treve en une paix, confederation et bonne voisinance avec le roy et la France, Mém. t. II, p. 445 dans VOISINANCE