SAURIN

Citations

Nous regarderons comme substance toxique toute substance absorbable qui, introduite dans l'économie animale, peut amener la mort en modifiant le fonctionnement des organes, Etude sur l'act. des pois. p. 5, Montpellier, 1875 dans ABSORBABLE
Eh ! qui peut prévenir tous les maux dont abonde La guerre en cruautés, en ruines féconde ?, Spart. III, 4 dans ABONDER
Ne prends point pour vertu l'abus de la victoire, Spartacus, V, 5 dans ABUS
Il [saint Paul] montrera que, bien loin que les dignités soient capables de soustraire les hommes au jugement de Dieu, c'est cela même qui les y appelle et qui aggrave leur compte, Disc. de saint Paul à Félix et à Drusille dans APPELER
Tout le peuple à grands cris applaudit sa victoire, Spartac. II, 1 dans APPLAUDIR
Il garde en expirant une noble attitude, Spartac. I, 1 dans ATTITUDE
Bienfaitrice à la fois et maîtresse du monde, Spartac. V, 5 dans BIENFAITEUR, TRICE
Elle [cette parole] aggravera vos douleurs dans vos maladies, elle vous bourrèlera dans votre lit de mort, t. IV, p. 32 dans BOURRELER
Le droit de dominer où chaque peuple aspire De l'habile et du brave est le prix glorieux, Spartac. III, 4 dans BRAVE
Spartacus ne fait point de la guerre un commerce, Spartac. III, 4 dans COMMERCE
.... Je sus, créant une armée, Me faire le vengeur de la terre opprimée, Spartac. III, 4 dans CRÉER
De nos propres couleurs nous chargeons leurs portraits Et les défigurons en leur prêtant nos traits, Spartacus, II, 1 dans DÉFIGURER
Il voit deux légions nouvelles Qui pour l'environner développent leurs ailes, Spartac. V, 9 dans DÉVELOPPER
Mais on veut dominer aussitôt qu'on est libre, Spartac. V, 5 dans DOMINER
J'ai le même domino que la comtesse, il me prend pour elle, Moeurs du temps, SC. 18 dans DOMINO
Non, n'appréhendez pas que ma fortune échoue à ce honteux écueil des succès d'Annibal, Spartac. I, 2 dans ÉCHOUER
Une action d'éclat, Qui surprit à la fois le peuple et le soldat, Spartacus, II, 1 dans ÉCLAT
Pour bien juger un grand peuple, il faut n'avoir aucun égard personnel, (le prédicateur), Sagesse de Salomon dans ÉGARD
Du peuple cette fable éleva le courage, Spartac. IV, 3 dans ÉLEVER
Et le droit d'opprimer n'émane pas des cieux, Spart. IV, 3 dans ÉMANER
Au roi que nous pleurons, il laissa la couronne ; Constance en est la soeur...., Blanche et Guisc. I, 4 dans EN
Ses succès, sa valeur, Bientôt à Spartacus enfantent une armée, Spart. I, 1 dans ENFANTER
De toutes parts on perce, on enfonce leurs rangs, Spart. I, 2 dans ENFONCER
Le fer reste engagé dans son sein palpitant, Spartacus, v, 9 dans ENGAGÉ, ÉE
Il faut tout bien peser au moment qu'on s'engage, Spart. I, 1 dans ENGAGER
Je dispose l'attaque et le combat s'engage, Spart. IV, 1 dans ENGAGER
Son luxe insatiable [de Rome] engloutit les états ; L'univers est sa proie et ne lui suffit pas, Spart. v, 5 dans ENGLOUTIR
Votre âme inflexible et superbe Voudrait voir nos remparts ensevelis sous l'herbe, Spartacus, v, 4 dans ENSEVELI, IE
Vous allez des Romains entendre la réponse, Votre envoyé paraît, Spart. I, 2 dans ENVOYÉ, ÉE
Si la vie, en effet, n'est qu'un rapide instant, Faisons-en une époque utile et mémorable, Spart. I, 2 dans ÉPOQUE
La victoire l'épuise en le favorisant, Spartac. I, 1 dans ÉPUISER
Nous [prédicateurs] que l'exercice de notre ministère appelle, s'il est permis d'ainsi dire, dans un monde de morts et de mourants.... il nous semble que nous devons épuiser toute la religion pour arracher au monde ceux qui nous écoutent, Disc. de saint Paul à Félix et à Drusille dans ÉPUISER
Oui, tant que son pouvoir [de Rome] n'aura point d'équilibre, Par elle un peuple en vain serait déclaré libre, Spartacus, I, 1 dans ÉQUILIBRE
Quand le poids du malheur accablant son enfance Interdisait l'essor à ses puissants destins, Spart. II, 1 dans ESSOR
Certes de Spartacus c'est faire grande estime Que d'oser en mon camp vous commettre à ma foi, Spart. III, 4 dans ESTIME
De cent peuples rivaux ce colosse étayé [l'empire de Rome] Va bientôt de sa chute épouvanter le monde, Spart. I, 1 dans ÉTAYÉ, ÉE
Les yeux étincelants d'une barbare joie, Spartac. II, 1 dans ÉTINCELANT, ANTE
Défiant les Romains, qui se serrent, font face, Spartac. I, 4 dans FACE
Va, ma pauvre enfant, les mots de fat et de coquette ont été inventés par l'envie pour dénigrer les hommes aimables et les jolies femmes, Moeurs du temps, sc. 14 dans FAT
Les miracles sont faits Pour qui veut fermement la mort ou le succès, Spartac. III, 4 dans FERMEMENT
Morgue financière, dans le Dict. de POITEVIN. dans FINANCIER, IÈRE
La force fonde, étend et maintient un empire, Spart. III, 4 dans FORCE
De dards, de javelots une forêt pressée, Spart. IV, 1 dans FORÊT
Et lorsque l'Italie en secouant ses fers Lève un front menaçant...., Spartacus, I, 1 dans FRONT
Ce n'est point un mortel, un héros ; c'est un Dieu ; Aux coeurs les plus glacés il prête un nouveau feu, Spart. IV, 1 dans GLACÉ, ÉE
....Des grands périls les grands efforts sont nés, Spart. IV, 3 dans GRAND, ANDE
Un beau jour je quittai madame et ses gredins, l'Anglomane, sc. 1 dans GREDIN, INE
La guerre est une loi de sang et de rigueur, Spart. I, 2 dans GUERRE
Obéir, à la guerre, est le premier devoir, ib. III, 1 dans GUERRE
Chargé de m'emparer d'une hauteur voisine Qui voit le camp romain, le serre et le domine, Spart. IV, 1 dans HAUTEUR
En toi je n'ai pu voir avec tranquillité Tant d'héroïsme joint à tant d'humanité, Spart. III, 6 dans HÉROÏSME
Tout en lui nous parut être au-dessus de l'homme, Spartac IV, 1 dans HOMME
À ses yeux, tout moyen pour me perdre est honnête, Spart. III, 4 dans HONNÊTE
Il le raille impitoyablement sur le ridicule de son faste, magnifique et mesquin à la fois, Moeurs du temps, sc. 1 dans IMPITOYABLEMENT
Luxe insatiable, Spartacus, V, 5 dans INSATIABLE
Opposer au vainqueur un courage invaincu, Spart. IV, 3 dans INVAINCU, UE
Mais, lorsqu'en un parti, Sunnon, l'on s'est jeté, Regarder en arrière est une lâcheté, Spart. I, 1 dans JETER
La licence jointe avec la barbarie, De sang et de forfaits inonda nos remparts, Spartacus, II, 1 dans JOINT, OINTE
Maître de se venger, on pardonne aisément, Spartac. V, 5 dans MAÎTRE
C'est la convenance qui fait les mariages, Moeurs du temps, 19 dans MARIAGE
Une infinité de sots par nature se font méchants par air, Moeurs du temps, sc. 1 dans MÉCHANT, ANTE
Une petite minaudière qui a la prétention du sentiment, Moeurs du temps, 18 dans MINAUDIER, IÈRE
Le consul m'a chargé d'un autre ministère, Spartacus, III, 4 dans MINISTÈRE
Les miracles sont faits Pour qui veut fermement la mort ou le succès, Spart. III, 4 dans MIRACLE
Qu'il se mirait sans cesse dans son opulence, et croyait qu'un millionnaire était le premier homme du monde, Moeurs du temps, sc. 1 dans MIRER
Le ciel a béni l'entreprise, Et nous avons au moins décuplé notre mise, Beverlei, III, 8 dans MISE
Une conscience ! là, regardez-moi un peu sans rire, si vous le pouvez, mons Dumont, la conscience d'un intendant !, les Moeurs du temps, SC. 8 dans MONS
Mourir est un instant, vivre est un long supplice, Beverlei, V, 5 dans MOURIR
Nature, tu frémis... terreur d'un autre monde, Abîme de l'éternité, Beverlei, V, 5 dans NATURE
Laisse-moi ; de la nuit je chéris la noirceur ; Je voudrais en pouvoir redoubler les ténèbres, Beverlei, IV, 5 dans NOIRCEUR
Il vécut non sans gloire et meurt en homme libre, Spartac. V, 13 dans NON
De grands yeux qui ne disent mot, Moeurs du temps, sc. 14 dans OEIL
Mon ami, laissons là ma peine et mes alarmes ; Je vous vois, tout est oublié, Beverlei, II, 5 dans OUBLIÉ, ÉE
Un autre que vous serait parti de là pour renchérir sur les médisances de la comtesse, Moeurs du temps, 1 dans PARTIR
Allons, Finette, venez me passer mon domino, Moeurs du temps, 15 dans PASSER
Tu connais des Romains les passe-temps cruels, Spartac. I, 1 dans PASSE-TEMPS
Ces personnes bizarres qui se scandalisent quand on presse les devoirs de la religion, Disc. de saint Paul à Félix et à Drusille dans PRESSER
Prêche-t-on en la présence d'une cour effrénée, on pressera la liberté évangélique et les miséricordes divines, ib. dans PRESSER
L'argent, morbleu ! l'argent ; voilà ce que j'appelle du mérite ; moi, je veux un mérite qui rapporte, Moeurs du temps, sc. 12 dans RAPPORTER
Ce qu'il y a de rare, c'est qu'après avoir défendu les gens de mérite et à talents, vous défendez les gens de finance !, Moeurs du temps, 1 dans RARE
Malgré moi, du passé le cruel souvenir Réfléchira son ombre affreuse Sur les derniers moments de mon triste avenir, Beverlei, II, 7 dans REFLÉCHIR
Mme Beverlei : Il n'a qu'un seul défaut.... - Henriette : Qui les renferme tous, Beverlei, I, 1 dans RENFERMER
Ses traits sont renversés ; une sueur mortelle...., Beverlei, V, 7 dans RENVERSÉ, ÉE
Ce mariage rétablirait ses affaires et payerait ses dettes, Moeurs du temps, 1 dans RÉTABLIR
Noricus à ses pieds roule en se débattant, Spartacus, V, 9 dans ROULER
Qu'était Rome, en effet ? qui furent vos ancêtres ? Un vil amas de serfs, échappés à leurs maîtres, Spartacus, III, 4 dans SERF, ERVE
Chargé de m'emparer d'une hauteur voisine, Qui voit le camp romain, le serre et le domine, Spartac. IV, 1 dans SERRER
Et d'un cri de menace, Défiant les Romains, qui se serrent, font face, Spartacus, I, 4 dans SERRER
Avec des gens de sa sorte il ne faut pas que ceux de la vôtre y regardent de si près, Moeurs du temps, sc. 15 dans SORTE
Sur l'arène soudain on voit paraître un homme Dont la stature noble et la mâle beauté Alliaient la jeunesse avec la majesté, Spartacus, II, 1 dans STATURE
De succès en succès il marche à sa ruine, Spartac. I, 1 dans SUCCÈS
Et bon ! bon ! bon ! Que le vin est bon ! Buvons à nos sultanes, Chanson de table. dans SULTANE
Il ne craint pas que du remords La voix en sursaut le réveille, Beverlei, v, 1 dans SURSAUT
Le grand avantage d'avoir un tabouret ailleurs, quand on peut avoir un bon fauteuil chez soi !, Moeurs du temps, sc. 12 dans TABOURET
Mettez-vous bien dans la tête, baron, que les femmes ne s'aiment guère, et qu'en particulier la comtesse me hait, Moeurs du temps, sc. 1 dans TÊTE
Il y a même un duché dans sa maison qui pourrait lui tomber un jour, Moeurs du temps, 12 dans TOMBER
Obligé de valoir, mon fils en vaudra mieux, Beverlei, I, 1 dans VALOIR
Ce qu'il y a de rare, c'est qu'après avoir défendu vis-à-vis du frère les gens de mérite et à talents, vous défendez vis-à-vis de la soeur les gens de finance !, Moeurs du temps, 1 dans VIS-À-VIS
On épouse une femme, on vit avec une autre, l'on n'aime que soi, Moeurs du temps, 5 dans VIVRE